Les théâtres pragois à l’heure du changement

02-02-2011

Une âpre polémique secoue ces derniers jours les milieux culturels de la capitale tchèque. Il s’agit de l’avenir du Théâtre national et de l’Opéra d’Etat de Prague, établissements qui d’après une nouvelle conception du ministère de la Culture devraient fusionner.

Théâtre des EtatsThéâtre des Etats Actuellement coexistent à Prague deux grands théâtres subventionnés - le Théâtre national et l’Opéra d’Etat. Le Théâtre national est une importante institution réunissant les ensembles d’opéra, de ballet et de théâtre dramatique qui jouent à tour de rôle dans le bâtiment historique du théâtre sur le quai de la Vltava, au Théâtre des Etats, au Théâtre Kolowrat et au Théâtre Nová scéna (La Nouvelle scène). Tous ces établissements et tous ces ensembles ont une seule direction et une seule gestion économique. Ce système ne semble toutefois pas convenir au ministre de la Culture, Jiří Besser, du parti TOP 09, qui a fait élaborer une nouvelle conception de la vie théâtrale de Prague. Selon ce projet qui fera encore l’objet d’une discussion, le Théâtre national et l’Opéra d’Etat seraient réunis et leurs ensembles fusionneraient. Le théâtrologue Josef Herman, un des auteurs de la nouvelle conception, estime que le Théâtre des Etats, établissement où Mozart a dirigé la première mondiale de Don Giovanni, devrait être réservé au répertoire mozartien :

Josef HermanJosef Herman « Je crois vraiment que cet établissement devrait se transformer en un théâtre ‘stagione’ mozartien, c’est-à-dire un théâtre sans ensemble permanent. Si nous avons la possibilité d’attirer l’attention du monde, c’est surtout par la tradition mozartienne et par cette maison lyrique liée à Mozart. Je pense que les différents théâtres devraient être les unités indépendantes comme à l’étranger. Chaque maison devrait avoir donc son directeur, son budget et son programme. »

Ces informations ont cependant provoqué un tollé dans les milieux culturels pragois et notamment parmi les artistes de la troupe dramatique du Théâtre national qui jouent régulièrement entre autres sur la scène du Théâtre des Etats. Craignant d’être chassés par l’opéra de l’établissement qu’ils considèrent, pour citer leur directeur Michal Dočekal, comme le plus beau théâtre d’Europe, ils se sont adressés au ministre de la Culture pour lui demander des explications. Ce mardi le ministre Jiří Besser leur a donc rendu visite pour expliquer ses intentions et pour les rassurer :

Jiří BesserJiří Besser « C’est la première conception intégrale mais personne ne dit que c’est cette conception qui sera finalement adoptée par le ministère de la Culture. C’est la première des variantes possibles mais je ne l’admets pas du tout parce qu’il y a certains aspects avec lesquels je ne suis pas d’accord. Et il s’avère que les milieux du théâtre et les personnes qui seraient directement concernées par ces changements ne sont pas d’accord non plus. »

Personne n’envisage donc, selon le ministre, de chasser les comédiens du Théâtre des Etats. Jiří Besser reste cependant convaincu que dans la capitale tchèque il n’y a pas d’espace pour deux théâtres lyriques et n’abandonne pas l’idée de la fusion du Théâtre national et de l’Opéra d’Etat. Il cherche néanmoins à démentir les rumeurs selon lesquelles ces changements pourraient aboutir à la privatisation de certaines parties de ses établissements :

Opéra d’Etat de Prague, photo: CzechTourismOpéra d’Etat de Prague, photo: CzechTourism « Dans sa nouvelle conception de l’Opéra d’Etat de Prague et du Théâtre national de Prague le ministère de la Culture n’envisage pas du tout de privatiser un de ces établissements ou de le placer sous la gestion de la municipalité de Prague. Je crois que ce sont les données essentielles qu’il faut prendre en considération. »

La décision sur l’avenir des théâtres pragois devrait tomber encore avant la fin de cette année. Jiří Besser espère que ces changements pourraient améliorer aussi la qualité artistique de leurs productions.

02-02-2011