Les Tchèques, ont-ils pardonné à Lida Baarova ?

Mardi après-midi, les Tchèques ont dit adieu à l'une des actrices les plus belles, mais aussi les plus controversées de l'histoire du cinéma tchèque, Lida Baarova, décédée en octobre dernier déjà, à Salzbourg, en Autriche. Magdalena Segertova a été parmi eux.

Lida Baarova, grande vedette de la cinématographie tchèque de l'entre-deux guerres, avait tout : du succès, du talent, de beaux cheveux bruns et un regard séduisant. Au temps du bonheur, pensait-elle qu'un jour, elle allait passer la plupart de sa vie en exile, condamnée par ceux quiLida BaarovaLida Baarova l'adoraient, abandonnée par ses admirateurs? Qu'elle allait mourir, à 86 ans, dans la solitude, malade, avec un sentiment d'amertume ? A Salzbourg, une vingtaine de personnes seulement est venue à son enterrement : ses amis autrichiens, les proches de son mari, le médecin Kurt Lundwall, mais pas un seul Tchèque. Lida Baarova souhaitait revenir, après sa mort, dans son pays natal. Sa famille a réalisé son désir et a fait, avant Noël encore, transporter sa dépouille de l'Autriche à Prague. La cérémonie funèbre, qui a eu lieu mardi dans la capitale, a été, elle aussi, très modeste. Pas de foule, pas de longs discours et, à part quelques exceptions, pas de personnalités connues. La famille de l'actrice, quelques journalistes, quelques amis les plus fidèles, quelques dizaines de dames et de gentlemen âgés, venus rendre hommage à l'idole de leur jeunesse.

Lida BaarovaLida Baarova Qu'est-ce qui a brisé la carrière prometteuse de Lida Baarova, qu'est-ce que de nombreux Tchèques lui reprochaient ? Recherchée par les cinéastes, elle tourne, dans les années 30, en Allemagne, et vit une histoire d'amour avec Joseph Goebbels, ministre de l'Information et de la Propagande sous Hitler. Le lendemain de la guerre, la belle Lida est emprisonnée et accusée de collaboration avec les nazis. Libérée en 1946, elle s'installe en Autriche et, dix ans plus tard, quitte une fois pour toutes le monde du cinéma.

"Elle n'avait qu'autour de vingt ans, quand Goebbels est tombé amoureux d'elle. Tout d'un coup, cette jeune fille s'est retrouvée sous une pression énorme. Qui ne l'a pas vécu, ne peut jamais le comprendre", a dit une autre légende du cinéma tchèque, l'acteur Svatopluk Benes, présent à la cérémonie. Et il n'est pas le seul a avoir gardé de bons souvenirs de l'actrice charmante au destin mouvementé... Voici les propos d'une femme d'une cinquantaine d'années, venue, elle aussi, à l'enterrement : "C'est toujours avec un grand plaisir que je revois les comédies en noir et blanc avec Lida Baarova. Quant à sa vie personnelle... Vous savez, il y a tant d'actrices tchèques qui se sont compromises avec les communistes... Lida Baarova n'était qu'une femme et moi, en tant que femme, je peux très bien la comprendre."