Les Tchèques, Européens les moins menacés de pauvreté

28-01-2011

Seuls 8,6 % de la population tchèque serait menacée de pauvreté, contre 16,3 % de la population européenne. A en croire une étude réalisée par l'Institut allemand des statistiques dont les résultats ont été communiqués mercredi, les Tchèques seraient donc le peuple le moins menacé par la pauvreté parmi les pays membres de l'Union européenne.

Photo: Commission européennePhoto: Commission européenne La Lettonie, avec un quart de la population, suivie de la Roumanie, de la Bulgarie, de la Lituanie et de l’Estonie sont les pays les plus menacés parmi les nouveaux membres de l’UE, tandis que la Grèce et l’Espagne, avec environ un cinquième de leur population, figurent, elles, en bas du classement parmi les anciens Etats membres.

Pour établir ce classement, l’Institut allemand des statistiques a pris en compte les données de l’année 2008. En Europe, le seuil de pauvreté est établi grâce à une méthode de calcul tenant compte du niveau de vie des pays. Concrètement est utilisée une fraction du revenu médian, à savoir le revenu qui partage exactement en deux une population. Cette fraction s’élève à 60 % pour Eurostat, l’institut en charge des statistiques de l’UE.

Martin PotůčekMartin Potůček En République tchèque, ces 60 % du montant médian représentent 4 377 euros annuels ou 365 euros mensuels. A titre de comparaison, le seuil de pauvreté relative se situe à 1 297 euros annuels en Roumanie contre 11 151 euros en Allemagne et un peu plus de 19 000 euros au Luxembourg.

Tous ces chiffres sont cependant à prendre avec des pincettes, comme l’explique Martin Potůček, professeur à la Faculté des sciences sociales de l’Université Charles à Prague :

« Il ne s’agit pas du seuil de pauvreté absolue. Dans le monde, on utilise pour cela un seuil de deux dollars par personne et par jour. Ici, il est question de quelque chose de complètement différent. Ainsi, quelqu’un peut être considéré comme riche en République tchèque, mais avec le même revenu il sera rangé dans la catégorie des pauvres par exemple en Autriche. En réalité, si on considère ce que les gens peuvent se permettre d’acheter ou de payer avec leurs revenus, on voit bien que les Tchèques ne sont pas les mieux lotis en Europe, loin de là même. »

Comme le rappelle également Martin Potůček, le montant moyen des revenus des Tchèques reste actuellement deux à trois fois inférieur à celui des revenus en Autriche, en Allemagne ou en Belgique, preuve que le niveau de vie général y reste encore assez nettement moins élevé.

La catégorie de la population tchèque la plus menacée par la pauvreté sont les familles où un seul parent travaille. Les mères s’occupant de deux à plusieurs enfants et percevant un salaire nettement inférieur à la moyenne nationale sont aussi les plus nombreuses à se retrouver en situation de pauvreté.

28-01-2011