Les premiers échos à la Déclaration de Terezín

07-07-2009

La Déclaration de Terezín, signée le 30 juin par 46 pays qui ont pris l’engagement moral de poursuivre le processus de réparation des biens juifs spoliés pendant la Shoah, a suscité les premières réactions. Pour Lisbeth Popperová, fille du banquier juif Jiří Popper chassé de sa villa somptueuse dans le 6e arrondissement de Prague, la déclaration représente un certain espoir pour obtenir gain de cause dans sa plainte déposée contre l’Etat tchèque et la Fédération de Russie sur la restitution de la villa de son père, où siège actuellement l’ambassade russe.

L’avocate de Lisbeth Popperová, Irena Benešová, qui a fait l’expérience amère de la volonté politique de régler les restitutions, se dit maintenant décidée à s’adresser de nouveau à l’Etat tchèque :

« Je vais déposer une nouvelle requête au ministère des Affaires étrangères en tant que l’un des signataires de la déclaration. »

La valeur de la villa, située sur plus d’un hectare de terrain dans l’un des quartiers les plus lucratifs de Prague, est estimée à un milliard de couronnes, soit plus de 37 millions d’euros. Lisbeth Popperová a porté plainte contre la Fédération de Russie dont la représentation diplomatique siège dans la villa. Or, comme l’explique le premier secrétaire de l’ambassade Vladimir Fjodorov, dans le cas de la villa Popper, il s’agit du résultat inaliénable de la Seconde Guerre mondiale :

Edvard BenešEdvard Beneš « Ce bien a été acquis par la partie russe d’une manière légale, sur la base du décret du président tchécoslovaque Edvard Beneš. »

Le président Beneš a en effet offert par un décret spécial la villa Popper à l’URSS après la guerre en signe de reconnaissance pour la libération. Puisque c’était avant 1948, ce cas n’est pas concerné par la loi sur les restitutions qui ne va pas au-delà de cette limite, et la déclaration de Terezín n’y changera rien, comme l’explique le porte-parole du ministère des Finances, Ondřej Jakob :

« Le ministère des Finances est ouvert aux négociations, sauf que la norme en vigueur ne permet pas de régler ce cas précis par une sorte de compensation matérielle ou financière. »

Le principal donc, dans cette affaire, sera le verdict du tribunal concernant la détermination des droits de propriété de la villa. Dans sa plainte pour la détermination de ces droits déposée en juin 2008, Lisbeth Popperová soulignait le fait que la villa familiale avait été confisquée en tant que bien juif par le régime nazi dès 1939 et que le don fait après la guerre par l’Etat qui n’en était pas le propriétaire était sans fondement.

07-07-2009