Les premières productions du festival « Opéra 2009 »

27-02-2009

Le festival Opéra 2009 qui permet aux Pragois de connaître les meilleurs productions de troupes lyriques de toute la République tchèque a présenté, déjà trois spectacles lyriques – «L’Affaire Macropoulos» de Leoš Janáček, «Don Giovanni» de Mozart et, ce jeudi, la première de l’opéra «Mort à Venise» de Benjamin Britten. Le festival qui n’est donc qu’à son début a déjà apporté au public pragois des spectacles intéressants.

La directrice du festival, Lenka Šaldová, explique les particularités de cette grande rencontre des troupes lyriques de toutes les régions tchèques :

«Bien que ce festival soit organisé par l’Union du théâtre musical, cet organisme joue plutôt un rôle de coordinateur. Ce sont les théâtres, eux-mêmes, qui choisissent l’œuvre qu’ils désirent présenter à Prague. (…) Quand nous examinons le programme nous y voyons des productions d’une grande diversité qui peuvent être quand même divisées en deux groupes principaux. Dans la première catégorie, il y a l’opéra tchèque, dans la deuxième l’opéra italien. A mon grand plaisir il y a trois opéras de Leoš Janáček.»

En effet, outre «L’Affaire Macropoulos» sur la scène du Théâtre national de Prague, le public verra encore «Jenůfa» présenté par le théâtre de Plzeň et «Katia Kabanova» dans une production du théâtre de Ústí nad Labem. Et Lenka Šaldová de se féliciter de cet intérêt pour Janáček:

«C’est peut-être le signe que Leoš Janáček cesse d’être l’auteur très souvent sous-estimé sur les scènes des théâtres de Bohème, de Moravie et de Silésie… »

Ce dimanche, le Théâtre national de Moravie et de Silésie a présenté, dans le cadre du festival, une production très attendue de Don Giovanni de Mozart dans une traduction tchèque. C’est le célèbre chansonnier silésien Jaromír Nohavica qui a signé cette nouvelle traduction. Pour dépoussiérer le chef-d’oeuvre de Mozart il a utilisé un langage simple et contemporain.

L’opéra «Mort à Venise» de Benjamin Britten, présenté ce jeudi, est une coproduction de l’Opéra d’Etat de Prague, des festivals d’Aldenburg et de Bregenz et de l’Opéra de Lyon. C’est la célèbre nouvelle de Thomas Mann qui a inspiré à Benjamin Britten cette oeuvre insolite qui se situe à mi chemin entre l’opéra et le ballet. Le metteur en scène japonais, Jochi Oida, s’est visiblement inspiré par le film tiré de la nouvelle de Thomas Mann par Luchino Visconti, mais a su donner à cette production aussi une beauté austère et un style qui apparente cette production au théâtre japonais. La distribution a été internationale et le rôle de Gustav von Aschenbach, personnage principal de la nouvelle et de l’opéra, a été confié au ténor Alan Oke. L’orchestre a été dirigé par Hillary Griffiths. Bien que «Mort à Venise» ne soit pas un opéra facile à digérer pour un public conservateur, les spectateurs de l’Opéra d’Etat ont remercié les protagonistes de la soirée par de longs applaudissements .

Le prochain spectacle du festival sera l’opéra contemporain du compositeur tchèque Vít Zouhar intitulé «Nuit et jour» et présenté, ce samedi, dans le hall du Musée de la musique de Prague.

www.festival-opera.cz

27-02-2009