Les policiers réclament la démission du ministère de l’Intérieur

15-02-2011

Les membres des forces de sécurité ont lancé, ce mardi, une pétition réclamant la démission du ministre de l’Intérieur, Radek John. Selon l’Union syndicale indépendante de la Police de la République tchèque, qui récolte les signatures, Radek John n’a pas assuré de fonds suffisants pour la profession : les salaires de certains policiers et pompiers auraient baissé de 10 % en début d’année.

Milan Štěpánek avec la pétition dirigée contre Radek John, photo: CTKMilan Štěpánek avec la pétition dirigée contre Radek John, photo: CTK La récolte de signatures devrait durer jusqu’au 15 mars selon Milan Štěpánek, président de l’Union syndicale indépendante de la Police. Ce dernier a encouragé les policiers, pompiers et civils travaillant au ministère de l’Intérieur à signer cette pétition dirigée contre Radek John et a appelé à ne pas craindre de la signer. Il s’explique plus précisément sur les doléances formulées à l’encontre du ministre :

« Nous lui reprochons les répercussions sur les salaires des policiers, sur le fonctionnement de la police ainsi que sur les investissements. Nous lui reprochons également le fait qu’il souhaite le départ du plus grand nombre de policiers possible, le licenciement de certains collaborateurs civils, le traitement du dossier et son attitude envers les policiers, les pompiers et les collaborateurs civils. »

Un policier montre son bulletin de paie, photo: CTKUn policier montre son bulletin de paie, photo: CTK A propos des actions qui seront entreprises par le syndicat, Milan Štěpánek s’explique et fait une différence avec le mouvement mené ces derniers mois par les médecins hospitaliers :

« Nous débutons avec cette action et ne voulons pas anticiper l’ampleur du mouvement. Notre but premier est de récolter le plus grand nombre de signatures possible. Notre pétition est dirigée à l’encontre du Premier ministre afin qu’il révoque son ministre de l’Intérieur. Pour l’instant, nous ne souhaitons pas faire comme les médecins, nous souhaitons rester et servir. »

Le ministre ciblé, Radek John, se défend en mettant en avant les nombreux avantages dont bénéficient les policiers selon lui :

Radek John, photo: CTKRadek John, photo: CTK « Il faut que je rappelle que les policiers ont des avantages : leurs primes de fin de carrière sont nettes d’impôts, ce qui coûte aux contribuables 3,75 milliards de couronnes cette année. Ils ont plus de congés et un tiers d’entre eux verra son salaire automatiquement augmenter cette année. »

Le bras de fer semble donc engagé entre le ministre et le syndicat qui campent tous les deux sur leur position. Reste à savoir quelle sera l’attitude de la classe politique face à cette fronde et si le chef du gouvernement décidera de soutenir jusqu’au bout son ministre de l’Intérieur.

15-02-2011