Les patients payeront plus pour leurs médicaments

05-01-2005

La nouvelle année va de paire avec la diminution prévue de longue date du remboursement par les compagnies d'assurance de certains médicaments.

Depuis le 1er janvier 2005, est entrée en vigueur l'ordonnance du ministère de la Santé qui entérine le changement des prix que les compagnies d'assurance payeront désormais pour les médicaments. La diminution du remboursement dont la différence est à la charge des patients est significative, puisque pour certains médicaments, ce ne sont plus 10 mais 100 couronnes qu'il s'agira de débourser. A côté des personnes souffrant de dépression, d'asthme ou d'allergies, sont également concernées celles qui suivent des traitements contre leur taux élevé de cholestérol ou encore, celles qui ont des problèmes de tension. De même, la couverture qui concernait les médicaments préparés en pharmacie est supprimée, ce qui touche essentiellement les préparations médicamenteuses contre la douleur ou bien les sirops et lotions contre la toux destinées aux enfants.

Lubomir Chudoba, président de l'Ordre des pharmaciens, critique tout particulièrement cette décision du ministère de la Santé sur les préparations en pharmacie, car ces dernières sont taillées sur mesure pour les patients et, de fait, difficilement remplaçables. Pour les autres médicaments, « les gens doivent commencer à discuter avec leur médecin, afin de savoir si leur médicament peut être remplacé par un autre entièrement remboursé », conseille-t-il. Cependant, certains médecins opposent à cela un principe de réalité : les patients sont soignés selon le diagnostic rendu et selon leur maladie, et il n'est pas toujours possible de trouver un médicament qui soit entièrement couvert par les assurances.

La diminution du remboursement des médicaments va toucher, tout particulièrement, les personnes souffrant de maladies chroniques, les retraités et les familles avec des enfants en bas âge. Leona Stepkova, vice-présidente de l'Ordre des pharmaciens, explique que ceux-ci ne pouvant avaler des pilules, on leur prescrit des sirops qui, justement, font partie des préparations touchées par l'ordonnance ministérielle. Elle a également donné un exemple concret, avec un médicament contre l'hypertension : alors que jusqu'à maintenant, les assurances participaient à hauteur de 332 couronnes et que les patients ne sortaient pas un sou de leur poche, désormais, les assurances payeront 241 couronnes et les patients en seront pour leurs frais avec 92 couronnes.

05-01-2005