Les partis politiques relancent la polémique sur le « blob » de Jan Kaplický

20-07-2010

Le projet de construction de la nouvelle Bibliothèque nationale à Prague revient à la une des journaux tchèques. Peu de bâtiments ont fait couler autant d’encre avant même d’être construits. Le projet futuriste de l’architecte tchéco-britannique Jan Kaplický alimente le débat depuis plusieurs années et a même survécu à son auteur disparu en 2009.

 « Blob », « pieuvre », « crachat » : c’est ainsi que les défenseurs et adversaires de la nouvelle bibliothèque qualifient l’édifice imaginé par Jan Kaplický et qui devrait se dresser non loin du Château de Prague. Parmi ses adversaires les plus remarquables figurent le président de la République Václav Klaus ainsi que l’actuel maire de Prague Pavel Bém. Avec le temps, le débat sur la construction qui devait engloutir de 2 à 4 milliards de couronnes (77 à 153 millions d’euros) s’est envenimé, politisé pour finalement devenir presque absurde. Pour y mettre fin, le gouvernement de Jan Fischer a tranché au printemps dernier en annulant le projet et en décidant d’investir l’argent nécessaire dans la réhabilitation du Klementinum, un grand ensemble d’édifices baroques situé dans le centre de Prague qui abrite actuellement la Bibliothèque nationale.

Ces derniers jours, il semble cependant que le débat reprenne pour de bon. Tous les partis de la nouvelle coalition gouvernementale ainsi que le Parti social démocrate, premier parti de l’opposition, se montrent plus ou moins favorables à la réalisation du projet. Même le Parti civique démocrate (ODS), qui l’avait qualifié d’arrogant, a changé son fusil d’épaule et déclare maintenant, par l'intermédiaire du chef de son organisation à Prague Boris Šťastný, que la capitale et tout le pays « méritent d’avoir une telle bibliothèque ». Le ministre de la Culture, Jiří Besser, apporte cependant un certain réalisme dans ce discours :

Jiří BesserJiří Besser « Le ‘blob’ de Jan Kaplicky me plaît. Je suis satisfait aussi du nombre de livres que la nouvelle bibliothèque pourrait abriter. La capacité de la bibliothèque serait de 10 millions de volumes. A l’avenir la République tchèque en aura besoin, ce qui n’est pas le cas actuellement. En ce moment, la décision gouvernementale sur ce problème est différente. »

Le ministre et toute une partie de l’opinion apprécient le projet mais estiment que la localité près du Château de Prague est mal choisie. Face à ces objections, Markéta Reedová, qui représente le parti Affaires publiques au conseil municipal, propose que le Centre des congrès de Prague soit démoli afin que la bibliothèque puisse être construite à sa place :

« Je veux dire d’abord que je préférerais de loin la construction du ‘blob’ sur l’esplanade de Letná. C’est pour cette localité que le projet a été conçu. Tel a été finalement aussi le projet avec lequel Jan Kaplický a remporté le concours international. L’emplacement du Centre des congrès ne devrait être qu’une alternative au cas où le projet ne pourrait être réalisée sur l’esplanade de Letná. »

Il est évident que le débat est attisé par l’approche des élections municipales. Le ministre de la Culture, Jiří Besser, souligne cependant que le projet ne peut pas être d’actualité à l’heure de l’austérité budgétaire :

« En ce moment une telle construction n’a pas la priorité. La réhabilitation du Klementinum et la reconstruction des dépôts de livres de Prague-Hostivař seront suffisantes pour apporter une solution aux problèmes de la Bibliothèque nationale jusqu’en 2025. Il faut aborder le problème dans sa complexité. »

Les défenseurs du projet semblent oublier aussi que Jan Kaplický n’a préparé que le projet initial et que sa réalisation exigerait encore énormément de travail. Le résultat serait donc dans une grande mesure l’œuvre d’un autre architecte.

20-07-2010