Les parents « solo » cherchent (désespérément) du travail… Aperio vient en aide

16-09-2010

Les familles monoparentales représentent plus de 15% des ménages européens et leur nombre ne cesse de s’accroître. En République tchèque, un enfant sur quatre ne vit qu’avec un seul de ses parents, le plus souvent avec sa mère (90%). Fait alarmant : près de la moitié de ces familles tchèques incomplètes sont menacées de pauvreté. L’association civique Aperio, une des rares structures qui offre aux parents solo une assistance psychologique, juridique et en matière d’emploi, a présenté ses projets à Prague, dans le cadre de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Parents divorcés ou séparés, veufs et veuves, celles et ceux qui ont pris la décision d’élever leurs enfants seuls… Avoir un travail est pour eux une nécessité, car en République tchèque, un bas niveau de vie, voire la pauvreté touchent 40% des familles à parent unique (la moyenne européenne étant de 35%). Selon Halka Jaklová de l’association Aperio, ces parents isolés rencontrent, sur le marché du travail tchèque, les mêmes problèmes que les parents de familles nucléaires:

« Ce qui manque, en République tchèque, ce sont des emplois aux horaires flexibles, des postes à temps partiel, la possibilité de travailler à domicile. Les mères qui veulent reprendre le travail après le congé maternité font souvent l’objet de discrimination de la part des employeurs : ces derniers privilégient des candidats sans enfants, lors des entretiens d’embauche, on leur pose des questions personnelles sur la garde de leurs enfants en cas de maladie… »

L’Etat tchèque fait plutôt exception en Europe : il ne développe pour l’instant aucune politique sociale en faveur des parents solo, son aide aux familles monoparentales se limitant à des allocations sociales minimales. La société Aperio lance alors un filet de sécurité : sur son site Internet, les parents en quête d’un emploi et ceux qui veulent lancer une entreprise se font conseiller dans différents domaines. Ils peuvent suivre des conférences en ligne ou encore prendre part à des séminaires de deux jours organisés à Prague, gratuitement et avec garde d’enfants, des séminaires animés par des spécialistes de l’emploi, du droit et des psychologues. L’assistance psychologique est importante, comme l’explique Veronika Brodská, psychologue et animatrice des cours d’Aperio :

« Les parents solo ont un vif sentiment d’échec, ils se sentent coupables de ne pas élever leurs enfants dans une famille complète. Ce sentiment les défavorise énormément en tant que candidats à des postes de travail : ils n’ont pas confiance en eux-mêmes, ils ont peur de communiquer, ils ont peur des exigences du travail, ils pensent qu’ils n’arriveront pas à concilier travail et famille. »

Hana Mesteková est une maman solo, elle a prit part au séminaire qui s’était déroulé le week-end dernier au centre de loisir Toulcův dvůr à Prague :

«Rien que le fait de rencontrer, grâce à ce séminaire, d’autres jeunes mères qui étaient dans la même situation que moi, cela m’a beaucoup aidé… Nous avons appris à écrire un CV, à réussir un entretien d’embauche, à appliquer les règles de la communication. J’ai apprécié la possibilité d’élaborer, avec les spécialistes, ‘un plan individuel’ pour chacune d’entre-nous et de s’entretenir de nos problèmes personnels avec une juriste et une psychologue. »

Deux conférences en ligne sur la problématique de l’emploi des parents solo auront lieu, sur le site de l’Aperio, en octobre et en novembre. A savoir que les familles monoparentales tchèques sont confrontées à bien d’autres problèmes encore, parmi eux, un manque de places en crèches et dans les écoles maternelles…

16-09-2010