Les Marseillais de MaClick en concert au Jurkofest

12-07-2019

Le groupe marseillais MaClick se produira en concert à Jílové u Prahy, dans la proche banlieue de Prague, ce samedi à 19h00 dans le cadre du Jurkovič Open Air, aussi appelé Jurkofest. Fondé par cinq artistes originaires des deux rives de la Méditerranée, MaClick cherche à transmettre ce mélange des cultures à travers des sons à la fois européens et d'inspirations afro-traditionnelles, chantés en darija, l'arabe dialectal marocain. Expatrie à Marseille depuis cinq ans, Marek Eichler est le bassiste tchèque du groupe. Radio Prague l’a rencontré.

MaClick, photo: Archives du groupe MaClickMaClick, photo: Archives du groupe MaClick Bonjour Marek Eichler, vous êtes un musicien franco-tchèque. Est-ce que vous pourriez vous présenter et décrire avec qui vous serez au festival Jurkofest samedi ?

« Je jouerai avec le groupe MaClick, un groupe de Marseille. C’est une mélange de musique gnaoua, fusion, reggae et jazz. »

Vous vivez donc à Marseille, où vous avez rencontré les autres membres du groupe, une ville à l’identité très particulière en France, une identité assez unique. Est-ce que cette identité marseillaise se ressent dans votre musique?

« Je le pense oui, car dans notre groupe chacun vient d’un autre côté de la planète et on s’est tous rencontré à Marseille. Je suis tchèque et ça fait cinq ans que j’habite à Marseille et que j’ai rencontré mes collègues. Le guitariste est algérien, Kader, le chanteur est algérien, Anass, le batteur est cap-verdien. Normalement il y a encore le pianiste mais malheureusement il ne pouvait pas venir donc nous sommes quatre ici. »

Donc il y a ce côté cosmopolite qui se retrouve dans votre musique ?

« Tout à fait, comme Marseille. »

Vous vivez en France et vous avez pu être en contact avec le public tchèque et le public français. Avez-vous senti une différence dans le public, un public tchèque ou un public français qui réagit différemment aux musiques ?

« C’est un peu différent du fait de la musique qu’on va jouer : le gnaoua, les musiques berbères et du Maghreb sont très connus à Marseille mais c’est assez nouveau ici. Je ne sais pas comment seront les réactions. Il y a trois ans, on avait déjà fait un festival et ça s’était passé super bien donc nous espérons que ça va marcher. »

Vous vivez à Marseille depuis maintenant cinq ans, vous qui venez de République tchèque qui est un pays très différent, quelle est votre opinion de Marseille et est-ce que vous appréciez y vivre ?

« Je viens de Prague et toute ma vie j’ai vécu à Prague donc c’était un grand changement. Mais j’étais allé auparavant allé en Inde, au Maroc donc quand je me suis installé a Marseille j’étais assez tranquille et je me suis adapté dans ce climat. J’aime bien la mer, le soleil la liberté, le fait de ne pas être toujours très "carré". »

Vous serez présent au Jurkofest ce samedi, est-ce qu’auparavant vous avez pu jouer dans d’autres festivals et d’autres pays ?

« Il y a trois ans, on a fait une petite tournée en République tchèque avec notamment le Reggae Festival à Hořice ou un club de jazz à Prague, le Jazz Dock. Sinon on tourne souvent dans le sud de la France, mais aussi à Paris. On a été en Espagne au Rototom Sunsplash, on a fait deux tournées au Maroc au festival Mawazine et une petite tournée de trois semaines l’année dernière à Casablanca et à Rabat. On a également joué en Allemagne. Cela fait maintenant trois ans que le groupe existe. Mais depuis un an et demi on a un peu changé d’équipe et de schéma afin de préparer un nouveau disque et on joue un peu moins. Nous avons aussi sorti un nouveau clip. »

12-07-2019