Les maladies cardiaques - la cause de plus de 50% des décès, en RT

26-04-2005

L'artériosclérose est souvent perçue comme une épidémie de la société moderne. Quelques 3 000 spécialistes en la matière se sont réunis, ces lundi et mardi, à Prague, dans le cadre du 75ème congrès de l'Association européenne pour l'artériosclérose, premier congrès de cette institution organisé dans l'un des pays de l'ancien bloc de l'Est. Alena Gebertova l'a suivi sur place.

Michal Vrablik, jeune médecin de la Société de cardiologie tchèque, ajoute que l'artériosclérose est à l'origine de plus de la moitié de l'ensemble des décès en République tchèque. L'heure est pourtant à un optimisme modéré.

« Un suivi des causes des décès provoqués par les maladies cardiovasculaires est réalisé dans le pays depuis les années soixante-dix. Ainsi ces maladies sont les seules dont le taux de mortalité est en baisse. Cela dit, comparé aux pays de l'Europe occidentale et de l'Europe du sud notamment, la République tchèque a toujours un grand retard à rattraper. »

La population tchèque semble pourtant porter un intérêt croissant à son état de santé. Les nombreuses personnes qui ont profité de l'opportunité qui leur était offerte à titre gratuit durant la tenue de la rencontre, de se faire prendre la tension et mesurer le taux de cholésterol, en seraient une preuve. Outre ces principaux facteurs à risque, en existe-t-il, aussi, des nouveaux ? Michal Vrablik :

« La littérature spécialisée nous enseigne que de nouvelles molécules sont identifiées pratiquement chaque semaine. Cela ne diminue pourtant pas le poids des facteurs à risque traditionnels qui sont généralement connus : héritage génétique, mauvais style de vie, cholestérol élevé, diabète, obésité ».

L'ennemi numéro un, c'est pourtant la cigarette. En revanche, une consommation modérée d'alcool est, plutôt, recommandée. Reste à savoir et à définir ce que représente, en fait, une consommation modérée.

26-04-2005