Les deux timbres les plus chers au monde entre les mains d’un Tchèque

Un collectionneur tchèque a acheté la paire de timbres la plus précieuse au monde, le « Maurice bleu » et le « Maurice rouge ». Même si l’identité de l’acheteur ainsi que le prix de la transaction n’ont pas été révélés, selon des experts en la matière, le Tchèque a dû débourser la somme de près de 100 millions de couronnes, soit environ 3,7 millions d’euros. Il s’agit de l’unique exemplaire ayant été jusqu’alors vendu sur le marché mondial des timbres.

Le « Maurice bleu » et le « Maurice rouge », photo: ČT24Le « Maurice bleu » et le « Maurice rouge », photo: ČT24 Le roi des timbres ou le « Post Office » bleu de l’île Maurice, suscite l’intérêt des philatélistes et des amateurs de timbres depuis plus de 150 ans, de même que son timbre jumeau, « le Penny rouge ». Les timbres de l’île Maurice sont particulièrement prisés par les philatélistes puisque cette île fut l’une des premières colonies britanniques à émettre ses propres timbres. Posséder un de ces deux timbres rares avec le portrait de la reine Victoria et dont la valeur initiale était d’un ou deux pennys relève d’un grand prestige. Expert judiciaire en philatélie, František Beneš, en dévoile davantage dans ce sens :

« Le timbre a été émis en 1847. Et en fait, dix ans après son émission, les philatélistes ne savaient pas du tout qu’il existait. Ils pensaient tout d’abord que les premiers timbres de l’île Maurice possédaient l’inscription Post Paid. Et la légende qui est née autour de cela a eu pour conséquence que le timbre est rapidement devenu le timbre le plus connu au monde. »

Photo: ČT24Photo: ČT24 Néanmoins, le philatéliste tchèque n’a pas acheté un seul Maurice, mais les deux à la fois au mois de juillet dernier. Dans la mesure où il n’existe actuellement que onze exemplaires du timbre Post Office bleu dans le monde entier et sachant que la plupart d’entre eux sont la propriété de différents musées en Allemagne ou aux Pays-Bas, selon David Kopřiva, conseiller en philatélie, il s’agit d’un des investissements les plus chers jamais réalisés en République tchèque. C’est d’ailleurs David Kopřiva qui a filé le tuyau à propos de l’acquisition de ces deux timbres au collectionneur anonyme, comme il l’explique :

« Cela s’est fait par hasard. Je connaissais un collègue étranger qui était entré en contact avec une personne, très probablement originaire de Grande-Bretagne, et qui était non seulement propriétaire de ce timbre mais voulait aussi bien le vendre. »

D’après l’expert judiciaire en philatélie, František Beneš, il pourrait s’agir précisément d’un des timbres Maurice, qui avait été vendu à Londres en 2011, pour 31 millions de couronnes, environ un million d’euros. Faisant partie des timbres les plus anciens jamais émis dans le monde, la valeur d’un Maurice croit chaque année de 10%. František Beneš a rajouté :

« L’acheteur nous a prêté des certificats d’époque qui attestent l’origine des deux timbres, que ce soit du Maurice bleu ou du Maurice rouge. Ils prouvent leur qualité et leur caractère authentique, et expliquent tout simplement leur provenance. »

L’acheteur, qui veut rester anonyme pour l’instant, ainsi que les deux timbres uniques, pourraient faire leur apparition dans deux ans, à l’occasion de l’exposition internationale des timbres, Praga 2018. Le Maurice bleu a été présenté au grand public la dernière fois, à l’occasion de l’exposition internationale en 2008. Par le passé, les deux timbres étaient également présents à l’exposition européenne en 2005 à Brno, et à l’exposition internationale qui s’est tenue à Prague en 1978.