Les débuts de Magdalena Kozena à l’Opéra royal de Londres

19-12-2007

Lundi, la mezzo-soprano tchèque Magdalena Kozena s’est présentée pour la première fois sur la scène de l’Opéra royal de Covent Garden à Londres. Pour ses débuts, elle a choisi le rôle périlleux de La Cenerentola (Cendrillon) dans l’opéra du même nom de Gioacchino Rossini.

Magdalena Kozena, photo: CTKMagdalena Kozena, photo: CTK Magdalena Kozena a déjà chanté dans les plus grands théâtres d’opéra du monde et peut se vanter d’une brillante série de disques enregistrés pour la Deutsche Gramophon, mais ses débuts au Covent Garden se sont fait attendre assez longtemps. Selon The Sunday Times, elle avait refusé déjà plusieurs rôles que lui proposait la direction de ce théâtre prestigieux. Elle n’a pas voulu, par exemple, chanter en anglais un des rôles de l’opéra « La Petite renarde rusée » composé sur un livret tchèque par Leos Janacek. Photo: CTKPhoto: CTKInterprète renommée de Bach et de Haendel, elle a décidé, pour ses débuts au Covent Garden, de se mesurer à un répertoire qui n’est pas typique pour elle et pour lequel, semble-t-il, elle n’éprouve pas une profonde sympathie. Elle trouve, par exemple, que le personnage de La Cenerentola n’est pas un caractère particulièrement intéressant sur le plan dramatique. Pourtant, selon Jarmila Karasova, présidente de la fondation Emma Destinova de Londres, pendant ses études au conservatoire, Magdalena Kozena a beaucoup travaillé le répertoire rossinien.

Photo: CTKPhoto: CTK L’accueil que la critique a réservé à sa performance de la première de lundi a été mitigé. Une partie de la critique estime qu’avec le rôle de La Cenerentola, la cantatrice a abordé un répertoire qui ne sied pas tout à fait à sa voix. D’ailleurs, en acceptant le rôle, Magdalena Kozena était tout à fait consciente de prendre un certain risque :

Photo: CTKPhoto: CTK « On doit se faire à l’idée d’être comparé aux meilleures cantatrices du présent et même du passé. Donc, cette peur de la comparaison est toujours dans chacun de nous. Cependant, c’est un défi, nous atteignons quelque chose qui est, disons, à la limite de nos possibilités. Et quand on réussit, cela apporte une plus grande confiance en soi et l’envie d’aller plus loin. »

Le rôle du prince dans la production de Covent Garden a été campé par le ténor Toby Spence et celui du Don Magnifico, beau-père de Cendrillon, par l’excellente basse italienne Alessando Corbelli. L`orchestre a été dirigé par Evelino Pido. Magdalena Kozena chantera ce rôle à plusieurs reprises et il sera intéressant de suivre comment et dans quel sens sa performance évoluera.

19-12-2007