Les Autrichiens ne semblent pas trop aimer les Tchèques

12-06-2006

Les Tchèques - les voisins peu aimés des Autrichiens. Sous ce titre, le quotidien Lidovy noviny analyse les résultats d'un sondage effectué par la Société autrichienne pour la politique européenne, ÖGfE, deux ans après l'entrée de la République tchèque dans l'UE.

La société en question a enquêté plus spécialement sur le rapport des habitants de la région de Mühlviertel avec ses voisins directs de la Bohême du sud. Les résultats du sondage démontrent une divergence entre les opinions des habitants de cette région de l'Autriche et les déclarations d'hommes politiques sur une bonne coopération dans le domaine des projets transfrontaliers, des échanges culturels et économiques. Une surprise est qu'un tiers des Autrichiens interrogés n'ont jamais visité la Bohême voisine et ne s'y apprêtent pas, dans un proche avenir. En revanche, trouver en Bohême du sud quelqu'un qui ne s'est jamais rendu chez le voisin autrichien est pratiquement impossible. Le plus décevant est le regard porté par les Autrichiens sur l'apport de l'entrée de leur voisin nord dans l'UE : 38% seulement des habitants de Mühlwiertel le salue. A titre de comparaison, l'entrée de la Slovénie a été accueillie par 73% des habitants des régions autrichiennes voisines, la Carinthie et la Styrie.

Le secrétaire général de la société de sondage autrichienne, ÖGfE, Gerhard Bauer, propose deux explications à « l'impopularité » des Tchèques : le transfert après-guerre des Allemands des Sudètes, dont une grande partie s'est installée en Haute-Autriche, et la centrale nucléaire de Temelin. Les Autrichiens n'arrivent pas à comprendre que les Tchèque refusent de fermer la centrale, prétendument dangereuse, après leur entrée dans l'UE.

Cette explication est cependant considérée comme simpliste par certains analystes. Ainsi, le commentateur du quotidien autrichien Der Standard a écrit que le plus récent sondage réalisé à une échelle nationale en Autriche s'est terminé par le même résultat peu flatteur pour les Tchèques, mais leurs raisons n'étaient pas de ce genre : paradoxalement, les Tchèques ont été qualifiés de voisins peu populaires par les Autrichiens ayant des origines tchèques.

Et où en sont les Tchèques avec leurs sympathiques pour d'autres pays ? A part la Slovaquie, le voisin préféré pour des raisons évidentes, c'est la France qui est positivement perçue par les Tchèques. A leurs yeux, les Français constituent un contre-poids nécessaire à l'influence disproportionnée de l'Allemagne. Quant à l'Autriche, elle a occupé la 9e place dans le sondage effectué au mois de mai dernier par l'agence STEM.

12-06-2006