Le rire (jaune), une arme tchèque redoutable

07-12-2005

On dit parfois que l'humour est l'un des principaux traits de caractère d'un peuple, et que connaître la mentalité d'un pays passe par la découverte de son ironie. Nous vous proposons un regard porté sur l'humour tchèque par un jeune Français qui se trouve à Prague en programme Erasmus.

Les Tchèques ne manquent pas d'humour, même, si celui-ci est parfois éloigné de l'humour vaudeville bon vivant que l'on prête (à tort ?) aux Français. Durant toutes les tristes heures de leur histoire, en particulier les occupations, les Tchèques se sont protégés par leur humour, et à travers des personnages de fiction controversés laissant sur la langue une petite touche aigre-douce. En témoigne le célèbre et controversé soldat Chveïk dont la capacité à tourner l'armée autrichienne en dérision a pour certains illustré le courage populaire face à l'adversité. Citons aussi, dans le genre burlesque et haut en couleurs l'oncle Pepin des livres de Bohumil Hrabal, criard et bon vivant, apportant une touche de couleur dans un quotidien parfois bien gris, y compris pendant l'occupation allemande.

Mais heureusemement pour nos zygomatiques et notre bon sens, l'humour tchèque a survécu à la chute du régime communiste mais tend de plus en plus à dépeindre les travers de la société tchèque. Aujourd'hui encore les journaux et les médias font appel à ce moyen privilégié pour faire réfléchir et réagir le public. La satire politique reste bien présente, notamment avec Zeleny Raoul, le célèbre petit martien qui chaque semaine interprète à sa façon (parfois vulgaire il est vrai) la vie politique tchèque dans le magazine Reflex.

'Cesky Sen''Cesky Sen' Le cinéma ne fait pas exception à la règle. Ainsi le rire - parfois jaune - et l'ironie sont des armes particulièrement efficace pour décrire les travers de la société tchèque, comme l'illustre le récent film de Jan Hrebejk «Horem Padem» (des hauts et des bas), notamment au travers du personnage de Franta, hooligan tragicomique. Dans le même style humouristique est décrite l'ambiance houleuse des matches de foot par le chanteur Jaromir Nohavica dans le morceau Fotbal. De même le documentaire «Cesky Sen» (le rêve tchèque) passe-t-il au vitriol la crédibilité des consommateurs à qui l'on a fait miroiter l'ouverture d'un centre commercial fictif et des réductions sur tous les produits le jour de son ouverture. On ressort de ces oeuvres en ayant ri, mais aussi réfléchi. Enfin, témoins de l'ouverture d'esprit tchèque, les petites histoires et les blagues locales sont également fortement imprégnées d'un sens du second degré et de la dérision.

07-12-2005