« Le requin » Viktor Kozeny capturé aux Bahamas

07-10-2005

Un Tchèque moyen n'y croit pas encore, tellement la nouvelle, tombée jeudi tard dans la soirée, est sensationnelle : l'entrepreneur tchèque Viktor Kozeny, 42 ans, poursuivi en justice pour avoir frauduleusement gagné une imposante fortune, lors de la privatisation par coupons, au début des années 1990, vient d'être arrêté aux Bahamas, sa terre promise depuis une dizaine d'années. A Prague, la presse parle de « la fin d'une grande, dramatique et salle affaire qui remonte à l'époque du capitalisme sauvage en République tchèque ».

Viktor Kozeny, photo: CTKViktor Kozeny, photo: CTK A 16 ans, il quitte, avec sa famille, la Tchécoslovaquie communiste, pour s'installer en Allemagne de l'Ouest. Il se forme à Harvard, aux Etats-Unis, avant de revenir à Prague, au lendemain de la Révolution de velours, avec, paraît-il, 3 mille dollars en poche. Quand Viktor Kozeny, jadis icône de l'actuel chef de l'Etat tchèque, fuira une seconde fois son pays d'origine, en 1994, il sera milliardaire. « Le requin, le gourou local de la privatisation par coupons, le pirate de Prague », comme l'étiquettent les journalistes, a su majestueusement profiter de cette dernière : sa campagne publicitaire fracassante, soutenue par des célébrités, mobilise les Tchèques qui sont près d'un million à investir dans ses Fonds Harvard et à devenir ainsi actionnaires des anciennes entreprises d'Etat. A leur insu, mais, remarquent aujourd'hui les médias, avec un accord tacite des autorités d'alors, Viktor Kozeny détourne des Fonds Harvard plusieurs milliards de couronnes et met le cap sur les îles des Bahamas. Ce vendredi, la presse a ressorti quelques-unes des images de ce grand blond musclé qui aimait poser, devant les photographes, sur la plage ou devant sa somptueuse villa, comme pour se moquer de la justice tchèque, cherchant, en vain, à le faire rentrer dans le pays.

FBI, photo: CTKFBI, photo: CTK De l'autre côté de l'Atlantique, Kozeny récidive : il tente, cette fois, de tirer profit de la privatisation de l'industrie pétrolière en Azerbaïdjan, dans ex-URSS, en y impliquant ses créanciers américains. Accusé, à New York, de détournement de fonds, de corruption de l'administration azerbaïdjanaise et de blanchiment d'argent, Kozeny a été donc enfin arrêté à la demande du FBI. Mais de nombreuses questions restent en suspens. Si le « requin » Kozeny est extradé vers les Etats-Unis, il risquera jusqu'à 25 ans de prison. S'il est rapatrié, coup de chance pour lui - il passera une dizaine d'années seulement sous les verrous. Les victimes tchèques de l'escroc, seront-elles dédommagées au même titre que ses créanciers américains ? Et encore : qu'en sera-t-il des autres « requins et pirates » du post-communisme tchèque ? Deux noms, parmi tant d'autres, viennent à l'esprit : l'actuel euro-député Vladimir Zelezny dont la commission parlementaire a recommandé la levée de l'immunité, pour qu'il puisse être traduit en justice, et le millionnaire Radovan Krejcir qui a échappé à la police et s'est installé aux Seychelles. Enfin, il est peut-être temps, remarquent les commentateurs, de pointer du doigt cette partie de l'élite politique tchèque de l'après 89', dont l'action a favorisé ces scandales.

07-10-2005