Le président Zeman de nouveau en Chine, avec des hommes d’affaires et… Jaromír Jágr

25-04-2019

Miloš Zeman a entamé ce jeudi sa visite officielle en Chine - la cinquième depuis son élection à la présidence de la République tchèque. Il est de nouveau accompagné d’une importante délégation de ministres, de chefs d’entreprises et cette fois-ci également de la plus grande star du sport tchèque – le hockeyeur Jaromír Jágr.

Miloš Zeman a entamé ce jeudi sa visite officielle en Chine, photo: Twitter de Jiří Ovčáček / Pražský hradMiloš Zeman a entamé ce jeudi sa visite officielle en Chine, photo: Twitter de Jiří Ovčáček / Pražský hrad

Le journal de la télévision chinoise CCTV a diffusé jeudi des images de l’arrivée du président Zeman sur le tarmac de la capitale de l’Empire du Milieu.

Juste avant son départ, il avait regretté sur cette même chaîne que les investissements chinois étaient loin d’être à la hauteur des attentes suscitées à Prague, ce que confirme Vladimir Dlouhý, le président de la Chambre de commerce tchèque, qui a signé jeudi matin à Pékin un « mémorandum » avec Bank of China pour des prêts à hauteur de deux milliards d’euros :

« Je voudrais voir les résultats concrets de ces relations politiques et économiques entre nous et la Chine, avec des investissements chinois en Tchéquie, parce que force est de constater qu’au niveau politique on a suscité des attentes qui pour l’instant sont restées vaines. »

Initiative de la ceinture et de la route

La délégation tchèque fait partie de la centaine de délégations étrangères attendues à Pékin à partir de ce jeudi pour un forum de trois jours intitulé « Initiative de la ceinture et de la route » dont l’ampleur confirme la place prise dans l’économie globalisée par la Chine, qui dans le même temps veille à limiter l’accès à son marché.

Tomáš Kolář, photo: LinkedIn de Tomáš KolářTomáš Kolář, photo: LinkedIn de Tomáš Kolář Tomáš Kolář en sait quelque chose - il est le directeur de la société Linet, principal fabriquant tchèque de lits pour hôpitaux :

« Ce qui dure six mois dans l’UE ou aux Etats-Unis et peut nous coûter quelques milliers d’euros pour enregistrer un de nos produits hospitaliers, en Chine cela peut prendre jusqu’à trois ans et coûter 60 000 euros. En plus c’est un marché qui repose sur les relations, donc vous devez commercer dans les régions où votre distributeur a des relations personnelles avec les potentiels clients pour espérer pouvoir remporter des contrats. »

Aider les exportateurs, mais surtout attirer les investissements directs chinois : c’est à nouveau l’objectif des tribulations en Chine de Miloš Zeman, qui a déjà rencontré jeudi des représentants de CITIC Group.

Les économistes tchèques estiment que les capitaux chinois, aujourd’hui principalement ceux de CITIC Group, représentent seulement 1% des investissements directs étrangers en Tchéquie.

J comme Jágr; J comme Jeux olympiques

Jaromír Jágr, photo: ČTK/Vít ŠimánekJaromír Jágr, photo: ČTK/Vít Šimánek Lors d’un précédent déplacement dans l’Empire du Milieu, le président Zeman s’était affiché avec une mascotte à poils doux: la petite taupe Krteček, qui, au grand dam des puristes, a formé un duo animé et improbable avec un panda dans une co-production chinoise.

Cette fois-ci, la mascotte est encore poilue mais bien en chair et en os : il s'agit de la star du hockey sur glace, Jaromír Jágr, à qui les Chinois voudraient apparemment confier un rôle au moins honorifique pour les JO d’hiver qu’ils organisent dans trois ans.

Avec l'épouse du président, Ivana Zemanová, et des dirigeants de la fédération tchèque de hockey, le Jarda national a rencontré ce jeudi des hockeyeurs chinois et les représentants de leur fédération.

25-04-2019