Le festival du nouveau cirque Letní Letná lance sa quinzième édition à Prague

Comme chaque été au mois d’août le festival du nouveau cirque Letní Letná revient à Prague. Cette année, ce rendez-vous des circassiens fête son quinzième anniversaire et ses organisateurs ont sélectionné une vingtaine de spectacles qui seront joués dans le parc du Métronome. Au sein de la programmation internationale, les artistes francophones se sont une fois de plus fait une place de choix.

Baro d'Evel, 'Bestias', photo: Magdalena Straková / Letní LetnáBaro d'Evel, 'Bestias', photo: Magdalena Straková / Letní Letná A partir de ce mercredi 15 août et jusqu’au 2 septembre, le parc de Letná dans le septième arrondissement de Prague accueillera le festival du nouveau cirque Letní Letná. Au programme, des spectacles d’acrobaties, de jonglage, de clowns ou encore de dressage d’animaux, sélectionnés pour leur originalité et leur dimension artistique. Les premiers circassiens tchèques et internationaux sont déjà arrivés à Prague avec parmi eux, un certain nombre de Français.

En effet, cette année les spectacles en tête d’affiche sont en majorité français avec Bestias, un spectacle de danse et d’acrobaties autour d’un cheval et de plusieurs oiseaux réalisé par la compagnie Baro d’Evel, le Petit théâtre de gestes de la compagnie Bêtes de foire, ou encore les acrobaties de haute voltige de l’ensemble Akoreacro. Les habitués du festival pourront aussi retrouver les artistes du Cirque Inextrémiste dans Extension, la suite de leur spectacle présenté en 2014, ainsi que Daniel Gulko, qui à l’occasion de sa septième venue à Letní Letná a rassemblé des artistes français, tchèques et italiens pour son spectacle De Nova Stella. L’artiste canadien, ancien élève du mime tchèque Ctibor Turba, nous raconte comment s’est déroulée la collaboration :

« C’est super, un mix incroyable de personnes. C’est intéressant parce qu’en France on a le luxe de pouvoir se concentrer sur un seul projet, on n’a pas besoin de chercher du boulot partout. Ici, pour rassembler trente-deux personnes c’est très difficile parce qu’ils ont tous dix ou quinze projets en même temps. Mais d’un autre côté ce sont des artistes très professionnels. »

Avec tous ces francophones, Libor Nenutil, le traducteur du festival en français, anglais et tchèque, n’a pas le temps de chômer. En plus de son travail sur le site internet et les brochures du festival, il aide les artistes dans leurs rapports avec l’équipe d’organisation du festival et avec le public tchèque. Pour Libor, l’ouverture de Letní Letná à l’international est donc à la fois une opportunité et un plaisir :

« Qui dit ‘cirque’ dit ‘international’ parce que c’est un métier nomade et itinérant depuis toujours, donc je pense qu’on ne peut pas se passer de présence internationale. La France est un pays où le cirque contemporain a une très longue histoire, de fortes bases, donc la connexion des deux à Letní Letná est selon moi logique. C’est quelque chose qui me fait très plaisir parce que j’aime le cirque et j’aime le français, puisque c’est mon métier. C’est génial. »

Pour renforcer encore la dimension internationale du festival, une conférence en anglais sur le cirque est prévue du 27 au 29 août. Des artistes et des chercheurs aborderont de nombreux aspects de cette discipline particulièrement populaire en République tchèque, comme la pédagogie, les questions de genre ou encore sa dimension sociale. Le programme d’accompagnement de Letní Letná prévoit aussi plusieurs ateliers pratiques pour les familles, ainsi qu’un centre aéré de quelques jours pour apprendre aux enfants quelques rudiments de cirque. Enfin le village du festival avec ses bars et ses points de restauration est accessible gratuitement aux visiteurs, de quoi bien occuper les chaudes après-midi d’été.