L’austère beauté des calvaires tchèques

15-09-2009

Les habitants de Lorient en Bretagne ont la possibilité de voir, ces jours-ci, une curieuse exposition qui démontre que les paysages de Bretagne et ceux de Bohême de Sud ont quelque chose en commun. C’est la petite architecture sacrale -chapelle et calvaires - qui rehausse le charme spirituel du paysage breton et de beaux calvaires pittoresques se dressent aussi en Bohême.

Les relations de jumelage entre les villes de Lorient en Bretagne et de České Budějovice en Bohême du Sud se traduisent entre autres par une intéressante coopération culturelle grâce aux Journées françaises de České Budějovice et à d’autres projets concernant la France et surtout la région partenaire de Bretagne. Ces jours-ci, l’association artistique tchèque Hortensia présente dans la galerie du Faouëdic de la mairie de Lorient une exposition de photos, de tableaux et de sculptures en bois intitulée «Paysage spirituel : Bohême du Sud - Bretagne». Les visiteurs y trouvent une trentaine de tableaux des peintres Miroslav Konrád et Roman Brichcín, une douzaine de sculptures de saints en bois de tilleul de Tomáš Štolba mais surtout une collection de 35 photos de grandes dimensions de la petite architecture sacrale de Bohême du Sud de Jiří Tiller. Le photographe a saisi ces calvaires et ces chapelles faisant partie du paysage dans des situations et sous des éclairages qui soulignent la mission spirituelle de ces petits monuments. Ce n’était pas toujours facile:

«Dans la majorité des cas je dois d’abord voir ces endroits. Il n’arrive que rarement que dès la première visite les choses soient telles qu’on les souhaiterait. Cela dure beaucoup plus longtemps. On doit se réserver le temps nécessaire, il faut se lever au petit matin et aller se coucher tard. Il faut attendre à cet endroit les vents et les orages.»

Quant aux peintres Roman Brichcín et Miroslav Konrád, ils développent sur leurs tableaux le thème du paysage spirituel. Le sculpteur Tomáš Štolba prolonge la tradition populaire de la sculpture sur bois.

Si ce projet a pu être réalisé, c’est aussi grâce à la coopération de l’Institut national des monuments historiques de České Budějovice. Pavel Hájek, membre de cette institution, oriente ses travaux vers la petite architecture sacrale et a mis son érudition à la disposition d’Alena Schelová, auteure de l’exposition. L’homme qui est un véritable connaisseur des calvaires de Bohême du Sud, ne cache pas sa préférence pour celui qui se dresse près du village de Záhořany:

«J’ai un faible pour un petit monument qui se trouve dans la région de la ville de Písek et qui a été également photographié par M. Tiller. Il s’agit d’une photo prise dans la commune de Záhořany. Cette petite bâtisse est un point fort dans le paysage. Elle est située sur une colline dominant le village qui offre un belle vue sur la Bohême du Sud et sur la Bohême centrale. C’est une oeuvre architecturale qui réunit tous les attributs d’un véritable calvaire.»

L’exposition «Paysage spirituel : Bohême du Sud - Bretagne» qui révèle la présence historique de la religion et les similitudes entre les campagnes tchèque et bretonne, sera ouverte dans la galerie du Faouëdic à Lorient jusqu’au 4 octobre prochain.

15-09-2009