L’absence de femmes fait du gouvernement tchèque une exception

13-07-2010

La nouvelle coalition gouvernementale possède la particularité d'être composée uniquement d'hommes. Du coup, la République tchèque fait figure d’exception non seulement à l’échelle de l’UE mais aussi de l’Europe centrale.

Photo: CTKPhoto: CTK Depuis la partition de la Tchécoslovaquie en 1993, il s’agit du onzième gouvernement tchèque et c’est seulement la deuxième fois qu’un tel cas de figure apparaît. Alors qu’un nombre record de 44 femmes sur un total de 200 députés siègeront à la Chambre basse du Parlement, l’absence de femmes au gouvernement a de quoi surprendre. Elle fâche également certains, comme par exemple Michaela Appeltová, vice-présidente de Forum 50 %, une association qui lutte contre la représentation inégale des hommes et des femmes dans la vie publique à tous les niveaux de compétence :

Michaela AppeltováMichaela Appeltová « Pour nous, il s’agit d’une carence essentielle de ce gouvernement. Il s’agit d’une violation du principe de démocratie représentative. Les femmes représentent plus de 50 % de la population tchèque. 54 % des diplômés tchèques de l’enseignement supérieur sont des femmes, ce pays relativement petit possède plus de 1 000 femmes maires de communes, et ainsi de suite. Je pense donc qu’il y a ici un nombre suffisamment important de femmes tout à fait compétentes pour assurer les fonctions de ministre. Par ailleurs, les leaders des trois partis de la coalition avaient déclaré, avant comme après les élections, qu’ils souhaitaient voir plus de femmes aux postes-clefs. Et on voit le résultat… »

Karolina PeakeKarolina Peake Un Premier ministre, quatorze ministres, et quinze hommes donc pour aucune femme. La seule femme à laquelle un portefeuille ministériel a été proprosé est Karolina Peake, une des trois vice-présidentes des Affaires publiques. Ce nouveau parti, apparu sur la scène politique tchèque quelques mois avant les élections législatives de mai dernier, avait pourtant fait de la participation et de la présence des femmes un des thèmes forts de sa campagne électorale. Pour autant, Karolina Peake estime que l’absence de femmes dans le gouvernement n’a rien de choquant ou dramatique. Elle explique d’ailleurs pourquoi elle a finalement refusé d’être la seule femme au sein de ce cabinet :

« Je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit de gâché ou de raté. A l’intérieur de notre parti, nous, les femmes, entendons travailler à la Chambre des députés. Me concernant, c’est vrai, un poste ministériel m’a été proposé, mon parti voulait que je le représente au sein du gouvernement. C’est une offre dont j’ai pesé le pour et le contre, car j’ai deux petits enfants et je construis progressivement ma carrière politique depuis plusieurs années, notamment à la municipalité de Prague. Mais je n’ai pas envie de devenir une superstar politique, de me retrouver bombardée à la tête d’un ministère pour ensuite seulement régresser. »

Iveta Radičová, photo: CTKIveta Radičová, photo: CTK Au moment de l’annonce de la composition du gouvernement et de la répartition des différents ministères, fin juin, les leaders des trois partis de la coalition ont affirmé regretter l’absence de femmes tout en précisant qu’il ne s’agissait selon eux que d’un malheureux concours de circonstances. Une explication qui n’a cependant pas convaincu tout le monde, et surtout pas Michaela Appeltová. En réaction, la vice-présidente de l’association Forum 50 % a rédigé une lettre ouverte aux députés et au président de la République dans laquelle elle critique vivement le résultat des négociations entre les partis de la majorité. Elle le regrette d’autant plus que parallèlement, et pour la première fois, une femme, Iveta Radičová, a été nommée Premier ministre en Slovaquie voisine. La Slovaquie serait même désormais une source d’inspiration, selon Michaela Appeltová :

« Nous espérons qu’une femme d’un tel calibre apparaîtra bientôt chez nous aussi. La situation actuelle en Slovaquie est un exemple à suivre pour la République tchèque. Elle l’est d’autant plus qu’il n’en va pas seulement d’Iveta Radičová. Elle et une autre femme s’étaient déjà présentées aux élections présidentielles. En fait, en Slovaquie, un groupe de femmes est né forte du soutien important d’un grand nombre de femmes, mais aussi de beaucoup d’hommes. C’est précisément de cela dont aurait besoin la République tchèque : qu’un groupe de femmes se forme et s’appuie sur un soutien fort qui soit susceptible de concourir à leur nomination. »

En attendant qu’un tel groupe voit le jour, quatre femmes députées se sont entendues pour publier en 2011 un calendrier dans lequel figureront leurs photos, histoire de montrer que la politique tchèque sera plus sexy dans un proche avenir. Mais il n’est pas certain que les ministres en seront les premiers acheteurs.

13-07-2010