La ville d’acier de Vítkovice est le premier site tchèque inscrit sur la liste du Patrimoine européen

09-12-2008

L’ancienne zone industrielle de Vítkovice au nord de la Moravie, surnommé Hradčany d’Ostrava - pour la ressemblance avec les tours du château de Prague qu’évoquent les tours des anciens hauts fourneaux se dressant à l’horizon, est le premier des quatre sites tchèques inscrit sur la liste du Patrimoine culturel européen.

Lancée en 2005 par le ministre français de la Culture, l’idée d’un Label européen du patrimoine devant renforcer le sentiment des citoyens européens d’appartenir à un espace culturel commun a obtenu, en novembre dernier, le feu vert des ministres de la culture des Vingt-sept. L’adoption définitive du projet est prévue pour 2009. Mais d’ores et déjà, les Etats européens peuvent proposer les monuments qu’ils estiment dignes de figurer sur cette liste emblématique de l’identité européenne. Le Label du Patrimoine européen a été remis à la société métallurgique de Vítkovice le jour du 180e anniversaire de sa fondation, par le ministre de la Culture Václav Jehlička :

« La perception traditionnelle des monuments, dans le passé, se contentait à se limiter aux châteaux, aux châteaux forts et aux sites historiques. Comparé à l’Europe qui a pris une avance sur nous, nous avons entièrement négligé le patrimoine industriel. De ce point de vue, la ville d’Ostrava est la capitale du patrimoine technique de la République tchèque. »

Photo: CTKPhoto: CTK L’exclusivité de Vítkovice, tient au fait qu’elle concentre en une seule localité l’extraction du charbon, les hauts fourneaux, les cokeries, le traitement du fer y compris les installations techniques, confirme Eva Dvořáková, de l’Institut du patrimoine national :

« Vítkovice est le plus grand monument national tchèque, et j’imagine que l’attribution du label le rendra plus connu dans le monde. Je souhaite aussi que cette distinction donne le départ à une nouvelle utilisation d’autres complexes industriels, comme c’est le cas déjà des loft édifiés dans l’ancienne usine Moravan à Brno ou le cas des logements et des bureaux atypiques aménagés dans une ancienne boulangerie de Holešovice à Prague. »

Depuis dix ans, les hauts fourneaux et la cokerie de Vítkovice sont classés monument culturel national. Et depuis plus de cinq ans, la société Vítkovice travaille sur un projet à 2 milliards 400 millions d’euros selon lequel le complexe devrait connaître une seconde vie. Ainsi un nouveau pôle culturel, avec des salles d’exposition, un centre scientifique interactif, un campus universitaire, mais aussi des stades de sport, devrait être édifié sur plus de 250 hectares de déchets des charbonnages régénérés, pas loin du centre même d’Ostrava. L’édification d’une nouvelle zone piétonne et d’un quartier résidentiel est également envisagée.

La liste du Patrimoine européen que Vítkovice enrichira, comprend près d’une soixantaine de sites ou monuments : l’Acropole à Athènes a été choisie pour être le premier monument labellisé, avec l’abbaye de Cluny. La Pologne y a inscrit le château de Wawel à Cracovie et les chantiers navals à Gdansk, la Slovaquie Kopčany – une chapelle dédiée à Saint Constantin, et la Tchéquie propose, comme autres candidats : l’empire de la chaussure Baťa de Zlín, le château érigé par le prince Metternich à Kynžvart ou le château de Vysoká près de Příbram où séjournait Antonín Dvořák.

09-12-2008