La superficie des forêts augmente en République tchèque

La superficie des terrains recouverts de bois et forêts est en hausse en Tchéquie. L'exploitation forestière s'avère, en effet, souvent plus rentable que l'exploitation agricole.

En pas tout à fait une décennie, depuis 1996 pour être précis, la superficie des bois et forêts recouvrant le territoire de la République tchèque a augmenté de plus de 50 000 hectares. Quelles sont les raisons de ce développement intensif des exploitations forestières ? D'après les spécialistes en la matière, dans certaines régions, les propriétaires terriens abandonnent les cultures agricoles classiques pour transformer leurs champs en forêts. Cette tendance est favorisée par deux phénomènes : tout d'abord, les subventions de l'Etat et de l'Union européenne au reboisement sont souvent plus élevées que celles qui sont allouées à l'agriculture. Ensuite, les producteurs de produits agricoles traditionnels, comme les céréales, les pommes de terre, la betterave, sont confrontés à une forte concurrence de la part des nouveaux membres de l'Union européenne, en premier lieu la Pologne. Ils ont du mal à vendre leur production et la récolte record de céréales, l'an dernier, ne s'est pas encore vendue. A tel point que le blé est utilisé pour la confection de fourrages et pourrait même servir de combustible dans les centrales thermiques ! Pour ces raisons, de plus en plus de proprétaires terriens choisissent la plantation de nouvelles forêts sur leurs champs. Cette tendance est soutenue par l'Union européenne, car la forêt, en dehors de son importance économique, remplit un grand nombre d'autres fonctions, surtout dans le domaine de l'économie des eaux et forêts et dans celui de l'environnement.

L'Etat, même sous le régime totalitaire, a toujours soutenu le reboisement. Une différence avec le passé communiste : aujourd'hui, l'Etat offre des subventions pour la plantation de forêts, mais en donnant sa préférence aux cultures mixtes, au détriment des monocultures privilégiées sous le régime totalitaire. Un exemple : un hectare de plantation d'épicéas est subventionné à concurrence de 2 400 euros, alors que dans le cas de feuillus, la subvention est de plus de 3 000 euros. Pourtant, certaines voix se font entendre de la part des agriculteurs surtout. Ils mettent en garde contre une baisse trop importante de la superficie des terrains agricoles, ce qui pourrait conduire à la fin de l'autarcie de la Tchéquie dans la production agricole. On ne peut les contredire, car les spécialistes eux-mêmes reconnaissent que tranformer un champ en forêt est facile, mais retransformer une forêt en champ ou pâturage est des plus difficiles ! Le ministère de l'Agriculture argumente, lui, avec des chiffres concrets : de toute manière, en République tchèque la part des terrains agricoles par rapport au total de la superficie des terres arables est toujours de 20 % plus élevée que la moyenne dans les pays de l'Union européenne.