La Slovaquie proteste contre le radar américain en Tchéquie

20-02-2008

La Slovaquie se sent menacée par la construction du radar américain en République tchèque, une installation qui ferait partie de la base antimissile des Etats-Unis en Europe centrale. C’est ce que vient de déclarer le ministre slovaque de l’économie, Lubomír Jahnátek, après sa rencontre avec le vice-président de la Fédération russe, Sergeï Narychkine.

D’après le ministre de l’économie de la République slovaque, Lubomir Jahnátek, l’implantation de la base antimissile américaine en Pologne et en Tchéquie n’est pas du tout dans l’intérêt de la Slovaquie. Dans le cas contraire, la sécurité de son pays serait en danger. Il a donc encore accentué les réserves émises par le Premier ministre slovaque, Robert Fico, il y a quelques temps. D’après le chef du gouvernement slovaque, il s’agit de la politique de la Tchéquie et de la Pologne et non pas de la sécurité de la Slovaquie. Lors de sa rencontre avec le vice-président de la Fédération russe, Sergeï Narychkine, Lubomír Jahnátek a encore insisté :

« Il s’agit vraiment de notre sécurité. La Slovaquie sera donc la cible d’attaques de la même manière que les pays qui profiteront de cette protection. »

D’un autre côté, force est de constater que l’opinion du Premier ministre slovaque, Robert Fico est loin de faire unanimité. L’un des ministres de son cabinet, Ján Kubiš, par exemple, est persuadé que le bouclier antimissile américain qui devrait être implanté en Europe centrale, ne pourra que contribuer à la sécurité de la Slovaquie. Pourtant, le ministre slovaque de l’économie reste sur ses positions : il est clair que le radar américain implanté sur le territoire tchèque représentera une cible potentielle pour les terroristes ou les agresseurs éventuels de République tchèque. Et bien qu’il ait été question surtout d’économie, lors des entretiens, le bouclier antimissile américain a été largement évoqué.

20-02-2008