La scénariste Irena Hejdová reçoit une mention spéciale au festival de Cannes

21-05-2010

Bien que la Tchéquie n’ait aucun film dans la sélection officielle du festival de Cannes, le cinéma tchèque vient de remporter un joli succès à la Croisette. La jeune scénariste Irena Hejdová a reçu une mention spéciale pour son adaptation du roman « Les montagnes rouges » de Petra Hůlová.

Irena HejdováIrena Hejdová Pour la quatrième année consécutive a été décerné à Cannes un prix qui porte le nom du grand réalisateur polonais Kryzsztof Kieslowski et qui est réservé aux scénaristes d’Europe centrale et orientale. Cette année le jury du workshop international ScripTeast a attribué le prix à Jacek P. Blawut, jeune auteur polonais du scénario du film « Le jour du chocolat ». Irena Hejdová, elle, a été distinguée pour son excellente adaptation du premier roman de l’écrivaine Petra Hůlová, roman qui avait été traduit en français et publié en 2005 aux éditions de l’Olivier. Le jury a surtout apprécié la façon dont la scénariste a refondu un texte littéraire compliqué en un scénario compréhensible qui ne manque pas de force émotionnelle. Irena Hejdová a travaillé sur ce scénario déjà en 2009. En ce moment-là elle a confié à la radio publique tchèque (Český rozhlas) :

« En ce qui concerne les adaptations pour l’écran, j’en ai déjà écrit lors de mes études et je cherche toujours à respecter beaucoup l’œuvre qui fait l’objet de l’adaptation. Je trouverais gênant de chercher à m’imposer en tant qu’auteur dans le cas d’un livre si excellent. Je préférerais donc que le résultat soit considéré comme le film d’après Petra Hůlová et non pas comme un film d’Irena Hejdová. »

Il semble qu’en travaillant sur ce texte, Irena Hejdova ait changé d’avis. Après avoir consulté des scénaristes renommés, elle a jeté ses scrupules et adopté vis-à-vis du roman une attitude beaucoup plus libre et émancipée. Aujourd’hui elle sait gré à ceux qui lui ont conseillé de ne pas obéir strictement au texte, d’éliminer certains personnages et de chercher surtout à saisir l’atmosphère du roman. Les cinéastes tchèques ont tourné, rien qu’au cours de l’année dernière, une trentaine de films. Pourtant ils se plaignent parfois de manquer de bons scénarios. Irena Hejdová explique pourquoi les bons scénaristes sont un gibier rare :

« Ceux qui écrivent les scénarios en Tchéquie n’arrivent pas à gagner leur vie seulement avec ce travail. Ils sont donc souvent obligés de faire aussi autre chose. S’ils n’écrivaient que des scénarios pouvant être qualifiés d’artistiques, ils ne gagneraient pas leur vie. Ils écrivent donc aussi des séries pour la télévision et d’autres projets commerciaux et ils risquent de faire un travail de mauvaise qualité. (…) Il est vrai que c’est de cette façon qu’on apprend le métier mais, d’un autre côté, on en sort déformé. »

L'affiche du film "Les enfants de la nuit" L'affiche du film "Les enfants de la nuit" La carrière de la scénariste et journaliste Irena Hejdová s’annonce prometteuse. Le scénario primé à Cannes est loin d’être son premier travail de ce genre. Ses scénarios non réalisés ont déjà été distingués plusieurs fois et les prix d’interprétation masculine et féminine au festival international de Karlovy Vary ont été décernés en 2008 au film « Les enfants de la nuit », tourné d’après son scénario. Aujourd’hui la société Negativ qui détient les droits d’auteurs pour le roman de Petra Hůlová promet de chercher un réalisateur pour le scénario du film « Les montagnes rouges ».

21-05-2010