La poésie sans frontières

30-07-2004

Vous aimez la poésie? Vous trouvez qu'il n'y en a pas assez dans notre vie de tous les jours? Les organisateurs du projet intitulé "Le temps d'un poème" sont convaincus que la poésie nous manque et qu'il faut l'envoyer dans les rues.

Leur initiative est née à Vienne, où les passants ont pu lire de la poésie sur des affiches dans les rues, pour la première fois déjà en 1983. Depuis, le projet se répète chaque année, et les oeuvres de deux cents auteurs, pas seulement autrichiens, ont été imprimées déjà sur 160 000 affiches. L'année dernière, l'initiative s'est répandue aussi dans d'autres pays, et cet été elle est vraiment internationale, plus précisément centre-européenne. Y participent Budapest, Bratislava, Ljubljana, Sarajevo, Zagreb, Vienne et Prague, donc les capitales des pays qui faisaient jadis partie de l'Autriche-Hongrie. Dans toutes ces villes, on peut lire des poèmes sur des milliers d'affiches et dans des vitrines lumineuses installées dans les rues et sur les places publiques.

Les passants y trouvent de la poésie provenant de divers pays et traduite dans leur langue maternelle. On peut lire les vers du Tchèque Josef Hruby, mais aussi ceux de l'Autrichienne Caterina Carsten, de la Bosniaque Ferida Durakovic, du Croate Milos Durdevic, du Hongrois Gabor Görgey, du Slovaque Igor Hochel et du Slovène Ales Steger. Cette année, le thème de tous ces poèmes devrait être la Transformation. Ils devraient refléter les changements que subit la vieille Europe en quête de son nouvelle identité, mais aussi l'élargissement de l'Union européenne et la diversité des cultures, des langues et des régions.

Dommage qu'à Prague la durée de cette manifestation soit limitée. La raison est simple. La société JC Decaux n'a mis ses espaces publicitaires à la disposition des organisateurs que pour un temps limité, au milieu des vacances, donc au moment où ces espaces ne sont pas exploités commercialement. Pour ceux qui préfèrent la poésie à la publicité pour les lessives ou les téléphones mobiles, j'ai un conseil. Descendez dans le métro! Dans le cadre du projet "La poésie pour les passagers" on trouve dans les wagons, depuis quelques années déjà, de courts poèmes de divers auteurs qui invitent les passagers à s'arrêter et à échapper, le temps d'un poème, à la grisaille quotidienne.

30-07-2004