La mémoire rom toujours en jeu à Lety

18-05-2016

Malgré des protestations récurrentes, une grande exploitation porcine est toujours située à proximité de l’ancien camp d’internement destiné aux Roms de Lety, en Bohême du Sud, en activité durant la Seconde Guerre mondiale. Les organisations qui militent pour la fermeture de cette porcherie ont peut-être trouvé la parade : ils demandent à l’Union européenne de cesser de subventionner la ferme qui symboliserait le peu de considération des autorités tchèques pour la mémoire rom.

Le 13 mai dernier, une cérémonie de commémoration des victimes roms de l’Allemagne nazie était organisée au mémorial de Lety. C’est dans cette petite commune non loin de la ville de Písek que fut ouvert en 1940 un camp de travail, dont la construction avait été décidé par le gouvernement tchécoslovaque un an auparavant, et d’abord destiné à des personnes considérées comme « asociales ».

A partir de 1942 et jusqu’au mois de mai 1943, à l’instar du camp de Hodonín en Moravie, il devient camp de concentration pour les Roms, qui sont plus de 1300, des hommes, des femmes et des enfants, à y être enfermés. 326 d’entre eux y trouvent la mort et plus de 540 sont transférés vers le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Au total, environ 90% de la population rom de Bohême et de Moravie fut victime du système d’extermination nazi.

Sans égard à une quelconque question mémorielle, c’est pourtant cet emplacement de Lety qui est choisi en 1973 pour accueillir une importante exploitation porcine, ferme qui loin de disparaître suite à la chute du régime communiste, passe entre des mains privées.

Vojtěch Lavička, photo: Jana ŠustováVojtěch Lavička, photo: Jana Šustová Depuis, en dépit de protestations répétées et d’injonctions venues de toute part, que ce soit des organisations des droits de l’homme, du Comité des droits de l’Homme de l’ONU ou bien encore du Parlement européen, il n’a jamais été possible d’obtenir la fermeture ou la destruction de la porcherie, dont la présence est vécue comme un insulte à la mémoire des lieux. S’exprimant le 8 avril dernier à l’occasion de la Journée internationale des Roms, l’artiste Vojtěch Lavička, connu pour son groupe Gipsy.cz et pour son engagement en faveur de la cause rom, s’exprimait sur le sujet :

« C’est une grande honte pour la République tchèque et pour la nation tchèque. Je pense qu’il serait temps que la conscience des Tchèques se réveille parce que la garnison de ce camp était tchèque, que ce camp est né à l’initiative de Tchèques. Personne ne les a forcés à mettre en place ce camp. Malheureusement cette prise de conscience n’a d’une certaine façon pas fonctionné. A l’époque où je siégeais au sein de la commission gouvernementale pour les affaires liées à la communauté rom et que nous réfléchissions à la destruction ou non de la porcherie, il n’y avait malheureusement aucune volonté de la part des représentants officiels de faire la moindre chose. »

Jiří Dienstbier, photo: Filip Jandourek, ČRoJiří Dienstbier, photo: Filip Jandourek, ČRo Récemment, le ministre en charge des droits de l’homme Jiří Dienstbier a évoqué la poursuite de négociations avec la ferme, indiquant qu’aucune issue ne semblait pouvoir être trouvée pour l’heure. Dans le concept de «stratégie pour l’intégration des Roms » dont il est à l’initiative, la situation actuelle à Lety est pourtant jugé « inacceptable » et « insupportable ». Le document indique que différents ministères doivent collaborer pour trouver une solution avec fin 2018…

Différentes ONG ont peut-être trouvé un nouveau moyen de faire avancer les choses : lundi, dans une lettre, elles appellent l’Union européenne à cesser de verser les subventions agricoles dans bénéficie l’exploitation porcine. Miroslav Brož, de l’association Konexe, estime que sans cet argent, l’exploitation aurait tôt fait de faire faillite. Mais selon Jan Michal, le chef de la représentation de la Commission européenne en Tchéquie, c’est le gouvernement tchèque qui décide de la répartition de ces dotations…

18-05-2016