La loi contre les vols de matériel métallique

25-09-2008

L’amendement à la loi sur les déchets devrait mettre fin aux vols de tout un assortiment de matériel métallique que les voleurs revendent ensuite aux ferrailleurs peu scrupuleux. L’amendement a été adopté, mardi, par la Chambre des députés.

Les policiers leur ont donné un nom : les « aimants ». De qui s’agit-il ? Des voleurs de tout ce qui est en métal et qui peut être revendu impunément aux ferrailleurs. Au début des années 1990, c’étaient surtout les pieds en fonte des lampadaires dans les rues qui étaient la proie des « aimants ». Vu le risque d’électrocution, l’administration a remplacé la fonte par de la matière plastique. Plus de pieds en fonte, les couvercles des canalisations et des égouts ont fait l’affaire. Après des descentes de police de plus en plus fréquentes chez les ferrailleurs, les voleurs ont employé des manières plus sophistiquées : ils broyaient les couvercles en fonte ou en laiton, découpaient les gouttières et les parapets en cuivre, les poignées de portes en bronze… Rien ne leur résistait et, l’année dernière par exemple, c’étaient les bancs en métal des arrêts-bus qui disparaissaient ! Certains vols présentent un grand danger, comme par exemple celui des câbles en cuivre des systèmes de sécurité des chemins de fer. Au début de cette semaine, le vol de dizaines de mètres d’un câble de sécurité de 8cm de diamètre a partiellement paralysé le trafic ferroviaire de la gare centrale de Prague (Hlavní nádraží). Qui sont-ils ces voleurs qui ne reculent devant rien ? Réponse du porte-parole de la police pragoise, Ladislav Bernášek :

« La police enquête sur cette affaire de vol requalifiée en crime. Il s’agit d’une atteinte à bien public. Nous savons, d’après nos expériences antérieures, que les auteurs de tels vols se recrutent surtout dans les rangs des sans-abri. »

Dans le cas du vol du câble de sécurité de la gare centrale, pourtant, la direction des Chemins de fer tchèques est persuadée qu’il ne s’agissait pas d’un vol occasionnel. Tout indique en effet que les voleurs étaient bien organisés et connaissaient les lieux et les heures de travail sur le chantier de la gare en reconstruction. En plus, le câble pesait très lourd, donc ils ont dû utiliser un véhicule. Pour parer à de tels actes criminels, la Chambre des députés vient d’adopter un amendement à la loi qui devrait compliquer la revente d’objets ou de matériel volés aux ferrailleurs. Plus de détails avec la députée Kateřína Konečná :

« Le changement résidera dans la publication par le ministère concerné d’un décret qui déterminera concrètement le genre de matériel qui ne pourra plus être vendu aux ferrailleurs par des personnes physiques. Donc, par exemple, les couvercles des canalisations, les grilles des égouts et autres choses semblables. »

En plus de cela, le vendeur ne sera plus payé cash par le ferrailleur, mais par virement bancaire ou mandat. Cela suffira-t-il à liquider ce fléau qui, souvent, met en danger la vie des citoyens ? L’amendement à la loi pourrait entrer en vigueur au début de l’année prochaine, après sa signature par le chef de l’Etat.

Photo: Kristýna Maková

25-09-2008