La député Michaela Šojdrová a reçu les insignes d’Officier dans l’Ordre national du Mérite

04-05-2009

Le 30 avril, une cérémonie solennelle s’est déroulée à l’Ambassade de France à Prague, au cours de laquelle Michaela Šojdrová, élue de la Chambre des députés pour le Parti chrétien-démocrate (KDU-ČSL), s’est vue décerner les insignes d’Officier dans l’Ordre National du Mérite. Une façon de la remercier du rôle actif qu’elle a joué, depuis de nombreuses années, en faveur des relations franco-tchèques.

Michaela Šojdrová, photo: CTKMichaela Šojdrová, photo: CTK « C’est un grand honneur pour moi et une appréciation du travail en faveur du jumelage entre la ville de Kroměříž et la ville français de Châteaudun, ainsi qu’en faveur du jumelage entre le lycée archiépiscopal de Kroměříž et le lycée saint François d’Assise. C’étaient des années de contacts et d’amitiés intenses. Cette distinction est destinée non seulement à moi-même, mais aussi à tous mes collaborateurs, à tous mes amis qui ont établi ces relations, ces amitiés ».

A quel âge et pourquoi avez-vous commencé à apprendre le français ?

 « A l’âge de onze ans. C’était une langue que j’aimais et qui me plaisait. Ce que je regrette, c’est que je n’ai jamais pu étudier le français à l’université… J’ai aussi enseigné le français comme professeur externe, j’avais une autorisation pour cela, car j’avais passé un examen d’Etat. « 

L'ambassadeur français Charles Fries et Michaela Šojdrová, photo: CTKL'ambassadeur français Charles Fries et Michaela Šojdrová, photo: CTK La langue française que représente-t-elle pour vous ?

 « Le français pour moi, c’est un instrument de reconnaissance, un instrument aux services de l’amitié. C’est beaucoup plus qu’une simple langue ».

Vous avez établi un jumelage entre la ville de Kroměříž et la ville française de Châteaudun…

 « C’est un jumelage qui dure depuis déjà quarante ans. C’est donc un jumelage jouissant d’une longue tradition qui se confirme par des échanges de groupes, de familles, d’individus et qui sont accompagnés par exemple par des rencontres sportives ou autres. Il s’agit vraiment de contacts très personnels. Ce jumelage nous a permis de faire face à l’époque communiste, car les Français nous ont fait découvrir la vie libre, le monde démocratique ».

Michaela Šojdrová est présidente du groupe d’amitié France-République tchèque de la Chambre des députés.

04-05-2009