La berce du Caucase envahit la Bohême de l’Ouest

19-07-2010

La Bohême de l’Ouest est confrontée depuis plusieurs années à la propagation d’une plante envahissante : la berce du Caucase, aussi appelée berce géante. Bien que sa prolifération soit difficile à contrôler, la ville thermale de Mariánské Lázně et les communes environnantes ont décidé de réagir. Et pour cela, elles peuvent compter sur des fonds européens.

Photo: www.bolsevnik.estranky.czPhoto: www.bolsevnik.estranky.cz Originaire du Caucase, comme son nom l’indique, il semble que la berce géante ait été importée comme plante ornementale en Europe, et d’abord en Grande-Bretagne, dans la première moitié du XIXe siècle. Concernant la République tchèque, elle y aurait été introduite pour la première fois probablement en 1862, précisément dans un jardin botanique de Lázně Kynžvart, ville thermale de Bohême de l’Ouest. A partir de la moitié du XXe siècle, la culture de la berce a toutefois été progressivement abandonnée, son développement posant alors déjà problème, essentiellement en Europe centrale, mais aussi dans d’autres pays comme aujourd’hui la Belgique ou le nord et l’est de la France.

Depuis plusieurs années, les autorités de la région de Karlovy Vary s’efforcent donc de lutter contre l’omniprésence de la berce du Caucase sur leur territoire. Responsable du département en charge de l’environnement à la municipalité de Mariánské Lázně, Lenka Pocová explique pourquoi la présence de la berce est gênante depuis qu’elle s’est échappée des parcs et jardins :

Photo: www.bolsevnik.estranky.czPhoto: www.bolsevnik.estranky.cz « Le problème est non seulement qu’il s’agit d’une espèce qui n’est pas originaire de notre région, ce qui ne serait pas encore trop gênant, mais qui est aussi très envahissante et agressive. Sa prolifération se fait aux dépens de la flore originelle. Il existe une biodiversité quasiment nulle dans les localités où se développe la berce. Les seules autres plantes que l’on peut trouver sont l’ortie et le gaillet. En seulement quelques saisons, la berce est capable de coloniser tout un champ si celui-ci n’est pas cultivé. »

Plante toxique pouvant entraîner de sévères brûlures et atteindre jusqu’à quatre mètres de haut à l’état adulte, la berce du Caucase colonise essentiellement les milieux sauvages et apprécie particulièrement les zones fraîches et humides. Selon les responsables de la région, elle gagnerait plusieurs dizaines de mètres de terrain chaque année. La municipalité de Mariánské Lázně a donc mis sur pied un projet pilote de liquidation de la plante d’un montant évalué à 17 millions de couronnes (680 000 euros) sur une période de quatre ans. Les travaux ont été entamés récemment, avec le soutien financier de l’Union européenne, et seront effectués dans une zone définie d’une superficie de 140 km2, où la berce géante occupe environ 700 hectares. Lenka Pocová est convaincue du succès de l’opération :

Photo: GerardM, Creative Commons 3.0Photo: GerardM, Creative Commons 3.0 « Nous possédons déjà une certaine expérience, puisque cela fait une quinzaine d’années que nous luttons pour la destruction des populations de berce. Nous savons ainsi désormais qu’en utilisant des préparations chimiques appropriées, c’est-à-dire en utilisant des herbicides sélectifs et non pas totaux, nous sommes en mesure de limiter la propagation de la berce dans certaines localités et même de la détruire complètement dans les trois ans. Mais le problème est que nous ne pouvons intervenir que sur les terrains qui sont la propriété de la ville et non pas sur les terrains voisins propriétés privées. »

Or, pour l’heure, il manque encore l’accord de certains des 2 500 propriétaires concernés. Mais quel que soit le résultat, la région de Karlovy Vary entend à terme lutter de manière plus systématique contre la prolifération de la plante.

19-07-2010