La bataille de Zborov, un pas vers la création de la Tchécoslovaquie indépendante

03-07-2017

Il y a cent ans de cela, le 2 juillet 1917, les Légions tchécoslovaques remportaient une victoire cruciale sur les troupes austro-hongroises près de la ville de Zborov, sur le territoire de l’actuelle Ukraine. Même si le résultat de cette bataille n’a en fait eu presque aucun impact sur l’évolution de la Grande Guerre, cette victoire a toutefois permis l’organisation de la première Armée tchécoslovaque et a contribué, d’une certaine manière, à la naissance, en 1918, d’un Etat tchécoslovaque libre et indépendant. Ce dimanche, une grande cérémonie du souvenir s’est tenue à Zborov, au pied du monument dressé à la mémoire des légionnaires morts au combat. Reportage.

Cite de la bataille de Zborov, photo: Martina BíláCite de la bataille de Zborov, photo: Martina Bílá Dans la matinée du 2 juillet 1917, au cours de la bataille de Zborov, 3500 soldats volontaires de la Légion tchécoslovaque, formée d’ émigrants et de captifs tchécoslovaque en Russie, portent une attaque éclair surprise sur les quelque 5500 membres des unités austro-hongroises et allemandes. Par petits groupes, les légionnaires tchèques et slovaques, combattant du côté des puissances militaires de la Triple-Entente, avancent progressivement jusqu’aux positions occupées par l’ennemi. C’est ainsi qu’ils parviennent à percer les trois lignes de défense austro-hongroises et allemandes et capturent au passage plus de 3000 soldats et officiers. La région de la Bohême, de la Moravie et de la Slovaquie appartenant à l’époque à l’Empire austro-hongrois, on compte parmi ces prisonniers aussi de nombreux soldats tchécoslovaques…

Le résultat de la bataille renforcera ensuite la position du Conseil national tchécoslovaque auprès des gouvernements britannique, français et américain et fournira à la représentation politique tchèque et slovaque un fort argument pour la création tout d’abord d’une armée nationale, puis d’un Etat libre et indépendant.

Cent ans plus tard, une cérémonie solennelle organisée sur l’ancien champ de bataille à Zborov commémore cette victoire symbolique, en présence de dirigeants tchèques, slovaques et ukrainiens, dont notamment le président de la Chambre des députés, Jan Hamáček, la vice-présidente du Sénat, Miluše Horská, et des représentants du ministère tchèque de la Défense, ainsi que d’anciens combattants et de membres de l’Union des légionnaires tchécoslovaques. Parmi ces derniers, Tomáš Pilvousek, qui présente le site :

« Nous nous trouvons actuellement sur le lieu où se trouvent probablement les derniers vestiges du système des tranchées. Selon les cartes historiques, la ligne de front passait par cet endroit. Le caractère du terrain ressemble à celui que nous connaissons des restes des tranchées du front de l’Ouest. »

Plusieurs centaines de pèlerins se sont également rendus ce dimanche dans cette ville ukrainienne et se sont réunis au pied du « monument fraternel », dressé à la mémoire des 167 Tchèques et Slovaques morts au cours de cette bataille. Nous écoutons Jiří Charfreitag, lui aussi membre de l’Union des légionnaires tchécoslovaques :

« Les corps des soldats tchécoslovaques tombés étaient dispersés un peu partout sur le champ de bataille, dans les environs de Zborov. Ce n’est qu’en 1922, pendant un voyage qui avait pour objectif de lancer les préparatifs en vue du 10e anniversaire de la bataille, que ce ‘monument fraternel’ y a été dressé et que les corps y ont été rassemblés. »

Des cérémonies du souvenir à l’occasion du centenaire de la bataille de Zborov se sont tenues ce dimanche aussi un peu partout à travers la République tchèque. Dans la soirée de dimanche, les Tchèques ont commémoré les victimes de ce combat grâce au projet « Des bougies pour ceux qui sont tombés ». Cet acte de piété rendait hommage non seulement aux légionnaires tchécoslovaques, mais aussi aux soldats tchèques et slovaques recrutés par l’armée austro-hongroise. Jiří Charfreitag explique :

« Il ne s’agissait pas seulement d’ennemis, mais souvent aussi de voisins d’un même village, voire même des membres d’une même famille. Nous pensons qu’il est important de réconcilier ces deux parties de la Tchécoslovaquie qui luttaient l'une contre l'autre. »

A noter, qu’une exposition devant le siège de l’Etat-major de l’Armée tchèque, dans le VIe arrondissement de Prague, propose de découvrir la bataille de Zborov un peu plus en détails, à l’aide de différents documents, photos et images. Cette exposition est à voir jusqu’au 4 septembre prochain.

03-07-2017