Komiksfest 2010 : Emmanuel Guibert en invité d’honneur

03-11-2010

Jusqu’à samedi se déroule à Prague le festival Komiksfest, le rendez-vous de la bande-dessinée en République tchèque. Invité de cette cinquième édition : l’auteur-dessinateur Emmanuel Guibert.

Evidemment, quand on dit bande-dessinée, on pense d’abord à la France et à la Belgique. On pense aussi aux « comics » américains.

Combinaison d’une demande du public, d’une offre d’auteurs et d’une plus grande visibilité dans le médias, la bande dessinée, tchèque ou étrangère, fait résolument plus qu’une percée dans la société et commence à s’établir dans le pays comme un moyen d’expression artistique à part entière. Le mérite en revient aussi grandement aux éditeurs, comme le souligne Jana Fantová, du Komiksfest :

« C’est surtout grâce aux éditeurs... Ils ont commencé à publier de plus en plus de livres, qu’il s’agisse de traductions ou de versions originales. Les gens ont donc pu découvrir plus de publications intéressantes. Si Komiksfest y a participé, nous en sommes heureux. Car l’ensemble du festival est conçu comme un soutien à la bande-dessinée, comme un média pour les adultes, afin de le débarrasser de l’étiquette ‘littérature pour enfants’. »

Le Photographe© Guibert-Lefèvre-Lemercier/Aire Libre-DupuisLe Photographe© Guibert-Lefèvre-Lemercier/Aire Libre-Dupuis Car la bande-dessinée ne se limite ni à Tintin ou Astérix à l’Ouest, ni aux Rychlé Sipy, la traditionnelle BD tchèque d’aventures dans les années 1960. La tendance est d’ailleurs à l’utilisation de la BD comme support à des récits de vie, à des histoires réelles. Une tendance qu’incarnent en France la maison d’édition L’Association et des auteurs comme Marjane Satrapi ou David B., présent il y a trois ans au Komiksfest. C’est aussi une des raisons de la présence à Prague cette semaine d’Emmanuel Guibert, auquel on doit, avec Didier Lefèvre, la très belle trilogie Le Photographe, mais aussi la Guerre d’Alan, dont le troisième tome sort en tchèque cette semaine. Jana Fantová :

« Nous avons contacté Emmanuel Guibert avec l’aide de l’Institut français, mais aussi des éditions Meander qui publient en République tchèque La guerre d’Alan. Cette bande-dessinée est née des conversations d’Emmanuel Guibert avec un GI américain, Alan Cope, qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, a participé à la Libération et est allé jusqu’à Prague. Pour le public tchèque, c’est quelque chose d’intéressant de découvrir Prague et de voir la Libération de l’autre côté. »

Et ce d’autant que les livres d’histoire racontent toujours que les Américains se sont arrêtés à Plzeň... Vous en saurez évidemment beaucoup plus très vite, sur Radio Prague, lors d’un entretien avec Emmanuel Guibert.

Evidemment, la création tchèque en matière de BD est largement relayée par le festival, comme le souligne encore Jana Fantová :

« Nous nous occupons beaucoup d’auteurs tchèques. La plupart d’entre eux ont des expositions, des présentations de leurs nouveaux livres. La plupart des livres qui vont sortir pendant le Komiksfest sont en fait d’auteurs tchèques. Evidemment, on pourrait nous reprocher d’avoir peu de noms internationaux, mais c’est un vrai succès qu’il y ait autant de BD tchèques. Parmi les expositions intéressantes, je peux citer celle de la Chemistry gallery avec les dessins de Jiří Grus et Lela Geislerová. »

A noter encore pour finir qu’Emmanuel Guibert sera présent au vernissage de son exposition Japonais, à l’Institut français, jeudi 4 novembre à 18h et que samedi 6, à partir de 15h, il sera au Roxy à l’occasion de la sortie du troisième tome de la Guerre d’Alan. En début de soirée, c’est lui qui sera chargé de remettre le Prix Muriel qui récompense les meilleures BD de l’année écoulée.

Plus d’infos : www.komiksfest.cz

03-11-2010