Karel Hála, une légende du swing tchèque, est mort

Le chanteur Karel Hála qui depuis les années 1950 a chanté tous les grands airs du swing tchèque et mondial, qui a joué dans les comédies musicales, sur les scènes de théâtres et qui a été la vedette de grands orchestres célèbres, est mort, lundi, à l’âge de 74 ans.

Karel Hála, photo: CTKKarel Hála, photo: CTK Chanteur charismatique surnommé le « Sinatra tchèque » et roi du swing, Karel Hála savait jouer de sa voix de baryton d’une façon qui ne cessera d’être admirée par tous les grands chanteurs de sa génération comme Marta Kubišová :

« C’était un chanteur sans pareil, il chantait avec une grande légèreté et sa voix avait un timbre exceptionnel. »

L’étendue de sa voix permettait à Karel Hála d’interpréter différents styles de musique : ainsi, il a campé plusieurs rôles dans les comédies musicales telles que La nuit à Karlštejn, a joué sur les scènes des théâtres pragois ABC et Rokoko et participait souvent à des émissions de télévision, avant de mettre son talent au service des grands orchestres sous la baguette de Karel Kraugartner ou Gustav Brom.

L’étoile de Karel Hála a brillé le plus dans les années 1960 et 1970, mais il s’est produit jusqu’à la fin des années 1990 lorsque, comme il l’a dit : « la scène musicale tchèque a cessé de vivre au rythme du swing. » Il s’est alors retiré dans sa maison de campagne près de Křivoklát, non loin de Prague. N’empêche que le parcours musical de Karel Hála a été l’un des plus longs parmi les chanteurs tchèques et ses chansons comme Mathilde, Elle est belle ou Pater restent inoubliables…