Jiří Krejčík, la carrière d’un «maximaliste»

30-10-2009

Parmi les lauréats du Prix d’Etat réservé aux personnalités culturelles figure également, depuis jeudi, le doyen du cinéma tchèque Jiří Krejčík. Le prix, doté d’une somme de 300 000 couronnes (11 000 euros), lui a été remis par le ministre de la Culture, Václav Riedelbauch.

Jiří KrejčíkJiří Krejčík A 91 ans, Jiří Krejčík est la mémoire vivante du cinéma tchèque. Son visage de vieux tragédien, ses cheveux blancs hirsutes ne sont sans doute pas pour rien dans sa réputation d’homme coléreux, intransigeant et jamais content. « Tout cela est faux », affirme le vieux cinéaste, tout en expliquant sa «mauvaise réputation» par sa volonté de bien faire son travail et par son opiniâtreté qui lui permet de ne jamais renoncer face aux obstacles qui surgissent lors de chaque tournage. La carrière de Jiří Krejčík a commencé dès la première moitié du XXe siècle:

Jiří KrejčíkJiří Krejčík «Je suis entré dans le monde du cinéma en tant que figurant dans les studios Barrandov en 1940. Le réalisateur Otakar Vávra y tournait le film ‘Une maîtresse masquée» avec Lída Baarová dans le rôle principal, et moi, on m’a maquillé comme un clown. Je crois que c’était un peu symbolique. Ce furent donc mes débuts au cinéma. Je ne me doutais pas que j’y resterais coincé pendant toute ma vie.»

'Le principe supérieur''Le principe supérieur' Dans la filmographie de Jiří Krejčík figure toute une série d’œuvres qui n’ont rien perdu de leur force et de leur fraîcheur. Très à l’aise dans la comédie, il est cependant aussi le réalisateur du film «Le principe supérieur», qui illustre d’une manière poignante le mûrissement moral de l’individu face à l’arbitraire nazi. La plus grande partie de sa carrière s’étant déroulée sous le communisme, il a été contraint, lui aussi, d’avoir parfois recours à la diplomatie et au compromis :

«On ne se passe jamais de compromis. Il faut se demander cependant quel genre de compromis est encore possible et quel compromis est déjà impossible. On disait de moi à l’époque (c’était comme une accusation) que j’étais un ‘maximaliste’. Mais qu’est ce qu’un ‘maximaliste’? Je crois que chacun doit s’efforcer de faire les choses du mieux possible.»

Après 1989, Jiří Krejčík se lance dans la réalisation de documentaires et de téléfilms. Il élève souvent la voix contre les faits qu’il juge blâmables. C’est à travers un film documentaire qu’il intervient, entre autres, dans le débat public sur la restitution de l’un des édifices du Théâtre national à Prague. Et c’est avec la réalisatrice Věra Chytilová qu’il lance une campagne contre la privatisation des studios de cinéma Barrandov. Son caractère d’homme qui refuse de se taire lui complique la vie mais il a appris à considérer comme normales toutes ces complications:

«Je me dis une chose et ne m’insurge plus contre ma condition : nous ne sommes pas venus au monde pour y être heureux. Je pense que nous sommes venus au monde pour souffrir. Et si nous souffrons, tout marche bien. Alors tout est en ordre.»

Ce petit portrait de Jiří Krejčík ne serait pas complet, si nous oubliions ses apparitions à l’écran. Il est passé à plusieurs reprises devant la caméra et son visage expressif a fait merveille dans des films réalisés par ses collègues beaucoup plus jeunes.

30-10-2009