Inauguration de l’Année mondiale de l’astronomie

08-01-2009

Le 7 janvier, Prague a inauguré l’Année mondiale de l’astronomie proclamée par l’UNESCO et l’ONU pour célébrer le 400e anniversaire de la première utilisation de la lunette astronomique par Galilée. Les 15 coups sonnés par l’horloge astronomique de l’ancien hôtel de ville de Prague ont donné un départ symbolique à la manifestation.

Photo: CTKPhoto: CTK Des politiciens tchèques et européens dont Janez Potocnik, commissaire européen en charge de la Science et de la Recherche, ont assisté au lancement officiel de l’Année mondiale de l’astronomie. La place de la Vieille-Ville s’est transformée pour l’occasion en observatoire ouvert au public, avec des lunettes permettant l’observation du Soleil, et une tente chauffée proposant une exposition de photographie des astres du système solaire et des galaxie éloignées saisies par les télescopes de l’Observatoire européen austral dont la RT fait partie. Pourquoi Prague a-t-elle l’honneur d’inaugurer la manifestation ? On écoute Jan Palouš, de l’Institut d’astronomie :

Jan Palouš, photo: Zdeněk VališJan Palouš, photo: Zdeněk Vališ « Prague est un endroit très privilégié par rapport à l’astronomie : nous nous trouvons sur la Place de la Vieille-Ville, devant Notre-Dame-de-Týn où est inhumé Tycho Brahé, éminent astronome danois installé au XVIe siècle à Prague. En plus de cela, la RT commence à présider le Conseil de l’UE. Le 7 janvier, toute la Commission européenne était réunie à Prague, ce qui explique pourquoi l’inauguration européenne s’est déroulée ici. »

Un thème est particulièrement accentué pendant cette Année mondiale de l’astronomie 2009 : la pollution lumineuse et des ondes radio, deux problèmes qui compliquent le fonctionnement des radiotélescopes et des lunettes optiques :

Photo: CTKPhoto: CTK « L’astronomie est confronté aux problèmes posés par la civilisation, dont en premier lieu, les portables qui sont la cause d’une pollution des ondes radio. La capacité des radiotélescopes de capter les signaux cosmiques en est considérablement limitée. La situation est la même en ce qui concerne la pollution lumineuse. Pour cette raison, les observatoires sont édifiés dans des endroits éloignés, peu touchés par les effets de civilisation, que ce soit au Chili où l’ESO installe ses télescopes, ou au Pôle sud. »

L’Année mondiale de l’astronomie qui vient de débuter propose également une exposition en plein air d’une cinquantaine de photographies grand format de l’espace, inaugurée mercredi sur la place du Théâtre national qui accueillait une soirée de gala marquant le lancement de la présidence tchèque. Quelles autres manifestations sont prévues tout au long de l’année 2009 ? Jan Palouš :

« On évoquera, par exemple, le 50e anniversaire du météorite de Příbram. En 1959, on a tout d’abord photographié lors de son passage par l’atmosphère, puis retrouvé dans un champ près de la ville de Příbram, un corps matériel extraterrestre. Ce météorite est une rareté mondiale, car on ne compte que très peu de corps pareils tombés sur la Terre. Ensuite, une conférence sera consacrée au 400e anniversaire de la publication d’Astronomia nova, un ouvrage de Johannes Kepler dans laquelle il énonce ses deux premières lois fondamentales, résultat de ses calculs de l’orbite de la planète Mars. »

Après l’inauguration officielle à Prague, le début de l’année l'Année mondiale de l'astronomie sera également célébré les 15 et 16 janvier prochains au siège de l’UNESCO à Paris.

08-01-2009