Gratias agit : la diplomatie tchèque a mis à l’honneur une ONG russe

14-06-2019

Quinze personnalités tchèques et étrangères ainsi qu’une ONG russe de défense des droits de l’homme, Memorial, se sont vu décerner, ce vendredi à Prague, le prix Gratias agit par le ministère des Affaires étrangères pour leur contribution à la bonne renommée de la République tchèque dans le monde. Mais pas seulement.

Gratias agit, photo: Barbora NěmcováGratias agit, photo: Barbora Němcová

Un réalisateur albanais, une missionnaire en Afrique, un chirurgien et un prêtre catholique tchèques aux Etats-Unis, une musicienne en Suisse, un diplomate autrichien, le directeur du Festival de l’art et de la culture tchèques Prague – Berlin, ou encore un cancérologue en Géorgie spécialiste aussi des maladies tropicales… Les profils des différents lauréats de l’édition 2019 des prix Gratias agit sont comme chaque année très variés. Mais tous ont un point commun : par leur action tout au long de leur vie, ils ont concouru ou concourent à mieux faire connaître la République tchèque dans le monde.

Bohdan Pomahač, photo: Barbora NěmcováBohdan Pomahač, photo: Barbora Němcová Certains d’entre eux, comme Bohdan Pomahač, premier chirurgien au monde à réussir avec son équipe américaine une greffe totale du visage, sont déjà bien connus du grand public (cf. : https://www.radio.cz/fr/rubrique/faits/bohdan-pomahac-distingue-pour-ses-travaux-en-chirurgie-plastique-reparatrice). D’autres, en revanche, le sont moins, et cette cérémonie organisée par les services diplomatiques est donc l’occasion de mettre leur travail en valeur. C’est le cas par exemple de Miloš Krajný. A bientôt 80 ans, cet allergologue tchèque, grand amateur de la musique de son pays d’origine, travaille toujours au Canada, pays dans lequel il a émigré peu après l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1968. Un départ qui lui a ensuite permis de vivre pleinement sa vocation :

Tomáš Petříček et Miloš Krajný, photo: Barbora NěmcováTomáš Petříček et Miloš Krajný, photo: Barbora Němcová « J’avais une maman qui était très allergique. Petit, j’ai été témoin des crampes d’estomac dont elle souffrait terriblement. Mon père, qui était médecin, lui a dit un jour qu’elle était allergique aux fraises, car il avait remarqué qu’à chaque fois qu’elle allait en cueillir au jardin, elle finissait à l’hôpital. Cela m’a beaucoup intrigué. Le curieux gamin que j’étais s’est demandé ce qu’était une allergie. Et c’est comme ça que je me suis lancé dans des études de médecine avec l’idée de me consacrer à l’allergologie. »

Le ministère des Affaires étrangères décerne ses pris Gratias agit depuis 1997. L’année dernière, pour le cinquantième anniversaire de l’écrasement du Printemps de Prague, les huit Russes qui avaient protesté en 1968 sur la Place rouge à Moscou, avaient ainsi été distingués (cf :: https://www.radio.cz/fr/rubrique/faits/il-y-a-50-ans-le-courage-de-huit-citoyens-russes-manifestant-contre-linvasion-de-la-tchecoslovaquie). Tout comme avant eux par exemple le chef d’orchestre Jiří Bělohlávek, la gymnaste Věra Čáslavská ou encore l’auteur de livres pour enfants Petr Sís (cf. : https://www.radio.cz/fr/rubrique/literature/petr-sis-un-auteur-surpris-par-lampleur-de-son-oeuvre).

Cette année encore, des militants russes pour la protection des droits de l’homme ont été mis à l’honneur. Il s’agit de l’organisation Memorial, dont l’origine remonte à la période de la perestroïka et qui, depuis 1987 s’efforce d’établir la vérité sur les exactions passées et leurs victimes sous l’ancien régime soviétique, tout en promouvant une société de droit et en prévenant le retour du totalitarisme.

L’ONG, dont les activités sont fortement critiquées par les autorités en place à Moscou, a depuis ouvert des antennes dans différents pays, parmi lesquels la République tchèque il y a trois ans. A l’époque, Memorial avait déjà reçu un prix pour la lutte pour la liberté, la démocratie et les droits de l’homme de l’Institut pour l’étude des régimes totalitaires.

14-06-2019