Goran Bregović : « l’influence de la musique des Balkans est déjà visible partout dans le monde »

17-09-2009

Jeudi 17 septembre, la place de la vieille ville de Prague accueille le compositeur Goran Bregović pour un concert gratuit à l’initiative de l’association Lastavica, une association qui se donne pour mission de protéger et diffuser les cultures des pays d’Europe du Sud-Est en République tchèque. Les citoyens de l’ancienne Yougoslavie résidant depuis longtemps en République tchèque veulent ainsi rermercier la population tchèque pour son aide pendant et après la dernière guerre yougoslave. Difficile donc de trouver meilleur cadeau que le célèbre compositeur Goran Bregović pour ravir le public tchèque.

Goran Bregović, photo: CTKGoran Bregović, photo: CTK Leader du groupe de rock culte des années 80 en Yougoslavie Bijelo Dugme, Goran Bregović lance sa carrière internationale en composant les musiques des films de son compatriote Emir Kusturica. Il réalise ainsi la bande originale de trois de ses meilleurs films, « le temps des gitans », « Arizona Dream » et « Underground », au succès desquels il a indubitablement contribué. Au milieu des années 90, il délaisse le cinéma pour se consacrer à la composition de ses propres musiques, qu’il exécute avec son Orchestre des mariages et des enterrements. Goran Bregović est celui qui a popularisé dans le monde entier la musique balkanique:

'Le temps des gitans''Le temps des gitans'

« Je suis un compositeur contemporain, issu d’un endroit qui est loin d’une contemporanéité normale. J’étais hier à Karlovy Vary où j’ai vu la maison où Goethe se rendait souvent. Je me souviens à l’école de l’histoire préférée de mon professeur. Il racontait que Goethe était le très grand ami de Vuk Karadžič, qui est celui qui a fait la première grammaire serbe. Imaginez: ils sont amis, ils sortent, ils rencontrent des filles, ils boivent et le lendemain, ils commencent à travailler. Goethe travaille sur Faust et notre Karadžič sur la première grammaire. C’est un fossé culturel qui a toujours existé entre nous et l’Europe. Nous sommes à la frontière entre les Orthodoxes, les Musulmans et les Catholiques. On est l’unique frontière directe au monde.
Goran BregovićGoran Bregović Alors heureusement, le monde est devenu curieux, et heureusement que pour la première fois dans l’histoire, les petites cultures ont une influence sur les grandes cultures, et pas seulement dans la musique mais aussi dans la cuisine et la littérature etc.
Le niveau de reconnaissance que j’ai maintenant est un grand miracle. Vous pouvez acheter le plus grand livre de l’histoire de la musique mais vous ne trouverez personne de chez nous. Nous n’avons pas de Janáček, nous n’avons pas une culture qui a laissé quelque chose dans l’histoire de la musique. Si tout va bien, je serai peut-être le premier compositeur à entrer dans ce livre.
Goran BregovićGoran Bregović L’influence de la musique des Balkans est déjà visible dans la musique populaire, partout dans le monde. Il est difficile de trouver un DJ qui n’expérimente pas avec la musique des Balkans. Parce que c’est une musique éclectique. Peut-être que l’unique chose de moderne que l’on a est la musique. »

Goran Bregovic présente à Prague son nouvel album Alkohol, qui contient deux volumes, aux noms aussi évocateurs que Śljivovica et Champagne. C’est un disque pour danser et boire dit-il. Il sera accompagné d’une vingtaine de musiciens, ses traditionnels cuivres, six chanteurs de l’Eglise orthodoxe, un quartet de cordes, et a déjà un promis un concert d’au moins deux heures.

17-09-2009