Fotografis collection reloaded

06-01-2009

Sous le titre de « Fotografis collection reloaded », la Galerie nationale de Prague expose une collection unique des travaux les plus précoces et les plus importants de la photographie classique mondiale. Réunie depuis 1976 à Vienne, la collection comprend près de 400 clichés de photographes célèbres, depuis les années 1840 jusqu’en 1980. Pour Prague, c’est la première occasion de proposer une pareille exposition au public.

Un des ‘pères’ de la photographie, William Henry Fox Talbot, les pionniers écossais du nouvel art David Octavius Hill et Robert Adamson, l’Américain Man Ray installé à Paris, Henri Cartier Bresson, fondateur de la célèbre agence Magnum : voilà quelques-uns des noms de photographes parmi les plus connus qui sont à voir actuellement au palais Kinski à Prague. Tomáš Vlček, directeur des collections d’art contemporain de la Galerie nationale, se félicite toutefois que des noms tchèques figurent également sur cette liste :

« Nous sommes heureux que les grands photographes tchèques fassent partie de cette collection, que ce soit František Drtikol, Jaromír Funke, Jaroslav Rössler, Josef Sudek. »

La collection n’est exposée que très rarement. Il a fallu attendre plus de 23 ans pour qu’elle soit installée, en novembre 2008, à la galerie de la Bank Austria à Vienne, grâce à laquelle elle a pu être réunie. Prague, qui a l’honneur de l’exposer comme première après Vienne, l’a acquise en échange du prêt des tableaux de Georges Braques pour une exposition à Vienne. Outre les noms de photographes connus, la collection est aussi une excursion dans les différentes écoles de la photographie. On écoute Tomáš Vlček :

« Il y a de très rares photographies du XIXe siècle, des portraits irremplaçables de Nadar, le pictorialisme – un mouvement de photographes en vogue depuis 1885, le photojournalisme dont Henry Cartier Bresson fut le pionnier, il y a des photographies remarquables du tournant des siècles, celles de l’Américain Alfred Stieglitz, il y a l’avant-garde européenne, André Kertesz, Laszlo Moholy-Nagy ou Alexander Rodtchenko, photographe et cinéaste de l’avant-garde russe. »

L’exposition refermera ses portes le 8 février prochain. Le papier photographique est un matériel trop délicat et ne supporte pas d’être exposé continuellement. Ainsi, une fois l’exposition pragoise terminée, les photographies reposeront trois ans au minimum dans une salle obscure avant de pouvoir être de nouveau exposées.

06-01-2009