Fin anticipée de la coalition gouvernementale, le cabinet Nečas appelle à un vote de confiance

Par la voix de son chef, Petr Nečas, le gouvernement sollicite l’organisation vendredi d’un vote de confiance. Le Premier ministre avait annoncé dimanche 22 avril la fin programmée de la coalition gouvernementale le 27 avril prochain, le jour même de la consultation des députés. Face à cette déclaration, les responsables du parti Affaires publiques (VV) ont décidé de rompre l’accord de coalition sans attendre la tenue du vote de confiance et signalé qu’ils se maintiendraient au Parlement et constitueraient une opposition « constructive ».

Le Premier ministre avait annoncé dimanche 22 avril la fin programmée de la coalition gouvernementale le 27 avril prochain, photo: CTKLe Premier ministre avait annoncé dimanche 22 avril la fin programmée de la coalition gouvernementale le 27 avril prochain, photo: CTK Chaque semaine apporte son lot de déclarations et de retournements de situation qui font parfois ressembler la crise gouvernementale à une pièce de théâtre dont on ne sait s’il s’agit d’une comédie ou d’une tragédie dramatique. Alors que depuis une semaine la vice-Premier ministre Karolína Peake s’efforce d’entraîner dans son schisme politique les déçus du Parti Affaires publiques dont elle briguait il y a quelques jours encore la présidence, le chef du plus jeune parti de la coalition gouvernementale, Radek John a fait savoir que son parti quittait la coalition gouvernementale et se plaçait dans l’opposition. Ce lundi, Karolína Peake a annoncé au gouvernement qu’elle disposait du nombre suffisant de sympathisants, des anciens membres du parti Affaires publiques, permettant d’assurer la majorité au sein de la Chambre des députés. Le Premier ministre a fait savoir qu’une majorité faible ne constituait pas un gage de stabilité nécessaire à la poursuite du programme gouvernemental et attend une très nette majorité à la Chambre basse. Le ministre de la Justice Jiří Pospíšil (ODS) tempère en précisant « qu’une nouvelle coalition conduite avec Karolína Peake, même si elle est composée d’un plus petit nombre de députés, sera toujours plus stable que celle avec le parti Affaires publiques et avec Vít Bárta ».

Miroslava Němcová et Petr Nečas, photo: CTKMiroslava Němcová et Petr Nečas, photo: CTK Sur les conditions d’une nouvelle coalition, la présidente de la Chambre des députés, Miroslava Němcová s’est prononcée pour le maintien du texte signé en 2010 :

« Soit Karolína Peake intègre la coalition et déclare que l’accord de coalition contient un programme qu’elle a déjà signé et qu’être membre d’un autre parti politique ne change rien au programme, soit, elle constitue un nouveau groupe parlementaire qui reconnaît que le programme est aussi le leur et votera la confiance du gouvernement vendredi prochain. »

Jeroným TejcJeroným Tejc Selon le député d’opposition social-démocrate du ČSSD Jeroným Tejc, « malgré la recomposition de la majorité et la confiance des députés vendredi, le gouvernement ne sera jamais stable, considérant que tant qu’il n’y aura pas de nouvelles élections, nous serons les témoins du marasme, du chaos et de l’arrogance de ce gouvernement. »

De son côté les membres du parti Affaires publiques ont annoncé qu’ils souhaitaient participer activement aux débats parlementaires, refusant par ailleurs de se situer clairement dans le clivage politique gauche-droite. Radek John (VV) :

Radek John et Kateřina Klasnová (VV), photo: CTKRadek John et Kateřina Klasnová (VV), photo: CTK « Nous soutenons toutes les propositions raisonnables, qu’elles viennent de la droite ou de la gauche. Par exemple, sur la loi sur la déclaration de la propriété que nous souhaitons et qui n’a pas été discutée avec les autres membres de la coalition, nous soutiendrons ceux qui déposeront cette loi à la Chambre des députés. La loi sur l’annulation des actions anonymes que nous avons réussi à placer à l’agenda parlementaire avec nos partenaires de la coalition, nous la soutiendrons avec eux. Nous avancerons désormais au cas par cas. »

Radek John a en outre omis de donner une consigne lors du vote de confiance vendredi. Si le Cabinet Nečas ne l’obtient pas, des élections législatives seront organisées au plus tard le 3 mai prochain.