Ecoutez notre émission spéciale du 1er janvier

30-12-2008

Nous vous proposons l’extrait d’une émission spéciale que nous avons préparé pour le 1er janvier… L’historien Ilios Yannakakis parlera non seulement des perspectives de la présidence tchèque de l’UE, mais aussi de ses attaches qui le lient à la République tchèque.

« C’est vrai que je suis un amoureux de la République tchèque. J’aime ce pays-là, j’ai vécu longtemps dans ce pays-là. Pourquoi on aime la République tchèque, pourquoi on aime une femme ? On ne sait pas. Il y a vraiment un profond amour. Mais en même temps, j’ai un regard critique sur ce pays-là. Ce pays-là est devenu relativement ennuyeux. Je pense que les gens sont trop rapidement rentrés dans cette vision petite bourgeoise, dirais-je, il n’y a plus ce sentiment d’effervescence intellectuelle, il n’y a plus ce sentiment de cette richesse, de cette beauté culturelle qui était le fort de la République tchèque dans des moments de crise. Et comme il n’y a pas de crise comme c’était sous les années de communisme, je pense que tout cela s’est un peu effrité. Mais néanmoins, le dynamisme de ce pays est quelque chose d’extraordinaire. Aujourd’hui, il faut aller dans des villes de province, parce que Prague n’est pas un modèle, pour voir comment cela s’est dynamisé, comment les gens ont envie de travailler, inventent, créent, il y a quelque chose qui n’est pas mort dans ce pays. C’est ça qui est formidable ».