Echanges musicaux entre les radios via l’UER

18-02-2010

Le concours radiophonique international pour jeunes musiciens, Concertino Praga, organisé par la Radio tchèque depuis 1966, s’inscrit parmi des manifestations musicales chapeautées par l’Union européenne de Radio-Télévision (UER). Ce lundi, le jury international était réuni à la Radio tchèque pour proclamer les résultats de Concertino Praga 2010.

En accord avec les règles du concours, un représentant de l’UER était présent en tant qu’observateur neutre pour veiller à la transparence du processus. Cette année, ce rôle était assuré par le directeur de l’unité Euroradio Classique, Pierre-Yves Tribolet, qui était également présent en tant que responsable de la politique musicale de l’Union européenne de Radio-Télévision dont la République tchèque est membre depuis 1990 :

Pierre-Yves TriboletPierre-Yves Tribolet « Si je suis ici en tant que représentant de l’UER, c’est que ce concours a lieu sous les auspices de cet organisme, l’Union européenne de Radio-Télévision, qui est basée à Genève et rassemble toutes les radios publiques nationales du monde entier. Dans ce cadre là, nous avons une politique musicale et le concours Concertino Praga prend place dans cette politique musicale. »

En quoi consiste votre tâche de directeur d’Euroradio Classique ?

« C’est une tâche dans laquelle je rassemble les activités de la musique classique, du jazz, et dans ce cadre d’activités, nous avons des échanges de concerts très nombreux : environ 3 500 concerts par an qui sont distribués via le service de l’Union européenne de Radio-Télévision auprès de tous les membres radio dans le monde entier. Mais nous avons également une politique d’association professionnelle pour permettre à tous ceux qui font des programmes musicaux de se rencontrer, et à tous ceux qui produisent de la musique de mettre en réseau leurs connaissances, car les radios publiques ont des orchestres comme vous le savez bien. Les radios publiques membres de l’UER dépensent un demi milliard d’euro par an pour leurs orchestres de radio, donc c’est important qu’ils mettent leurs expérience en commun, leur production à disposition et que les politiques musicales complètes de relations avec les organismes tiers comme les concours, comme les festivals, comme des maisons d’opéra soient harmonisées. »

Nous rappellerons que la Radio tchèque possède plusieurs ensembles musicaux dont les enregistrements sont écoutés par un important auditoire en Europe et en outre-mer grâce aux échanges via l’UER. Le plus célèbre, l’Orchestre symphonique de la Radio tchèque, fondé en 1926, est lauréat de nombreux prix internationaux dont le Classical Award à Cannes. Il y a aussi un orchestre de danse et de jazz, le fameux Big Band de la Radio tchèque, qui souffle cette année ses 50 bougies.

18-02-2010