EasyBnb : la start-up pragoise qui a su profiter du boom AirBnb

30-04-2019

AirBnb, l’entreprise de location de logement à court terme de particulier à particulier, créée en 2008 et aux 900 millions de dollars de chiffre d’affaires connaît bien sûr un grand succès à Prague, où près de 14 000 logements sont disponibles. Un succès qui n’a pas échappé à Kévin Gestin. Arrivé à Prague il y a sept ans, il a lancé EasyBnb, une entreprise proposant ses services aux propriétaires de logements AirBnb, qui a reçu le mois dernier un prix à la chambre de commerce franco-tchèque.

EasyBnb a reçu le mois dernier un prix à la chambre de commerce franco-tchèque, Kévin Gestin à gauche photo: CCFTEasyBnb a reçu le mois dernier un prix à la chambre de commerce franco-tchèque, Kévin Gestin à gauche photo: CCFT EasyBnb, c’est une success story comme beaucoup de start-ups en connaissent. D’abord une activité sur le côté lancée fin 2016, puis une entreprise qui prend forme, qui trouve un modèle économique viable, et c’est l’envol rapide. En janvier 2018, Kévin Gestin et Faiçal Orazkai, les deux fondateurs, acquièrent leurs premiers bureaux, et six mois plus tard, leur premier employé. Ils sont aujourd’hui une vingtaine à travailler pour la jeune start-up qui a prévu d’embaucher encore quinze personnes d’ici la fin de l’année. Et il faut dire qu’il y a de quoi faire…

« Aujourd’hui on propose un service complet pour les propriétaires, explique Kévin Gestin. Ils nous remettent les clefs et on s’occupe de tout. Plus de la moitié de nos propriétaires n’habitent pas à Prague, voire même pas en Europe, et donc forcément, ils ne veulent pas être dérangés. Donc on s’occupe vraiment de tout. »

Tout, c’est-à-dire rédiger et poster l’annonce sur AirBnb, mais aussi Booking.com ou Expedia et une trentaine d’autres plateformes, nettoyer l’appartement, réaliser un état des lieux d’entrée et de sortie, fixer les prix, remettre les clefs aux hôtes et s’assurer que leur séjour se passe bien, tout cela dans une dizaine de langues… En échange de quoi l’entreprise touche un pourcentage sur le prix de la réservation.

EasyBnb s’occupe des logements à l’année ou sur de plus courtes périodes.

Photo illustrative: OuiShare, Flickr, CC BY-SA 2.0Photo illustrative: OuiShare, Flickr, CC BY-SA 2.0 « On peut faire ça sur des durées qui peuvent être assez courtes, raconte Kévin Gestin, pour des périodes de deux mois pour des gens qui partent en voyage l’été, ou des étudiants qui quittent Prague l’été… On peut également les gérer à l’année, on travaille avec beaucoup d’entreprises et d’investisseurs qui veulent rentabiliser leur investissement. On a des profils très différents : des appartements dédiés à cette activité, ou des gens qui veulent juste rentabiliser leur bien, qui ne veulent pas que leur appartement reste vide. »

Et la start-up semble être efficace de ce point de vue. Alors que selon les données du data-activiste Murray Cox les logements pragois proposés sur AirBnb sont occupés en moyenne 34% du temps, EasyBnb revendique sur son site internet un taux moyen d’occupation de 80%. Alors si la jeune entreprise ne règle pas les questions de l’augmentation des loyers et de la privatisation par AirBnb de nombreux logements dans le centre de Prague, elle répond au moins au problème des logements laissés souvent vides mais inaccessibles aux Pragois.

En effet, nombreux sont les promoteurs qui ont flairé le filon Airbnb et ont racheté de nombreux appartements notamment dans les capitales européennes. Ceux-ci font ensuite appel à des entreprises telles que EasyBnb pour s’occuper de la gestion des biens. Autrement dit, sur AirBnb, la sharing economy, ou économie collaborative, flirte souvent avec un le business le plus féroce.

Holešovice, photo: Karelj, Public domainHolešovice, photo: Karelj, Public domain L’objectif de Kévin Gestin : faire que sa start-up soit leader en Europe centrale et orientale. Et la concurrence est rude pour EasyBnb qui ne gère pour l’instant qu’une petite centaine de logements, majoritairement à Prague, entre Holešovice et I.P. Pavlova.

« Il y a plusieurs entreprises, surtout en Europe de l’Ouest, plutôt en Angleterre, en France, en Espagne… Là, il y a déjà de très gros acteurs, note Kévin Gestin. Certains gèrent plus de 10 000 propriétés ! On a vu que c’était un offre qui existait à Prague mais qui n’était pas aussi développée. »

Désormais, la start-up propose aussi quelques appartements ailleurs en Europe, notamment en Grèce. EasyBnb, qui vient d’être récompensée par le prix de l’histoire entrepreneuriale décerné par la chambre de commerce franco-tchèque, semble donc avoir encore de beaux jours devant elle.

30-04-2019