Dolly Buster, star du X, candidate aux élections européennes en Tchéquie

Elle dit avoir 34 ans, même si on lui suppose quelques années de plus. Elle a fui la Tchécoslovaquie communiste en 1984 et s'est installée avec sa famille en RFA. Aujourd'hui, Dolly Buster alias Nora Baumberger, née Katerina Bochnickova, est une star de Berlin à Prague grâce à sa réussite dans l'industrie pornographique, en tant qu'actrice d'abord, puis à la tête d'une société de distribution de cassettes vidéo avec son mari, propriétaire de plusieurs sex-shops en Allemagne. Et à l'heure où son pays de naissance fait son entrée dans l'Union européenne, Dolly Buster a un nouvel objectif: entamer une carrière politique.

 Dolly Buster Dolly Buster "Je représente aujourd'hui, et pas seulement aujourd'hui, le parti de la 'Nouvelle Initiative'. Je suis en première position sur notre liste pour les prochaines élections européennes, ce qui signifie que j'ai besoin de 5% pour obtenir un siège au Parlement européen. Les récents sondages nous créditent de 15 à 70% des intentions de vote, selon l'institut qui réalise l'étude."

La candidature de Dolly effraie quelque peu les partis traditionnels, qui tentent en vain d'emballer une campagne européenne terne et n'attirent pas autant l'attention des médias que la moindre apparition publique de la reine locale du porno. Elle enchaîne les interviews, dans sa langue maternelle ou dans la langue de Goethe, qu'elle maîtrise parfaitement. C'est d'ailleurs, avec sa poitrine démesurée, l'un de ses principaux atouts, à l'heure où les médias tchèques soulignent les lacunes linguistiques des politiciens tchèques. Son passé dans le cinéma classé X peut-il la desservir ou l'avantager dans cette campagne? Dolly Buster répond avec assurance, en allemand:

"Je ne pense pas que ma carrière dans l'industrie pornographique m'avantage, mais elle ne me dessert pas pour autant. J'ai une société qui a rencontré un grand succès en un temps relativement court, malgré la mauvaise situation économique en Allemagne. Le porno n'est plus une honte. Les gens admirent les parcours avec succès rapide, et ce genre de parcours est ce que l'on peut souhaiter de meilleur à la République tchèque."

Dolly Buster dans la brasserie Klaster, photo: CTKDolly Buster dans la brasserie Klaster, photo: CTK Le programme politique de la "Nouvelle Initiative"? Faire en sorte que la Tchéquie (elle emploie en allemand le terme Tschechei, utilisé par les nazis et banni après la Seconde Guerre mondiale) se place en tête du groupe des nouveaux pays au sein de l'UE. La méthode est simple. Dolly Buster:

"La méthode consiste à faire asseoir tout le monde autour de la table pour trouver un consensus, c'est la base. Ne pas attendre tout des autres, être à l'écoute des autres, et ne pas s'arrêter aux textes qui trouvent une application absurde dans la réalité."

Les élections des 11 et 12 juin prochains doivent désigner les 24 eurodéputés qui représenteront la République tchèque au Parlement européen. Un parlement que Dolly Buster connaît déjà, puisqu'elle y a posé pour des photographes allemands la semaine dernière. En revanche, elle n'a jamais entendu parler du projet de constitution européenne...