Deux morts et une dizaine de blessés dans une collision entre un train rapide et un camion

22-07-2015

Ce mercredi matin, un train à grande vitesse Pendolino est entré en collision avec un camion sur un passage à niveau, faisant deux morts et 13 blessés, dont le pronostic vital est pour certains engagé. Un accident qui s’est déroulé près de Studénka, en Moravie-Silésie, une ville déjà traumatisée en août 2008 par l’un des plus grands accidents ferroviaires en République tchèque.

Photo : ČTKPhoto : ČTK Un hélicoptère, des dizaines d’ambulances et de camions de sapeurs-pompiers ont été dépêchés ce matin, sur le lieu où s’est déroulé l’accident entre un train Pendolino et un camion. Selon les premières informations disponibles, c’est le chauffeur du camion qui serait à l’origine du drame, comme le précise Jakub Ptačinský, porte-parole du Service du transport ferroviaire, déplorant que ce dernier n’ait pas cherché à défoncer les barrières :

« L’individu s’est engagé sur le passage à niveau alors que les signaux d’alerte rouges indiquaient aux véhicules de s’arrêter. Les barrières du passage à niveau se sont baissées au moment où il se trouvait dessus. Il a laissé le camion sur les rails et s’est enfui du véhicule. S’il avait enfoncé la barrière et qu’elle avait été brisée, un système d’alerte aurait été lancé à l’adresse de tous les conducteurs de trains par le biais du sémaphore le plus proche. Cela signifie que si le sémaphore était passé au rouge, le conducteur aurait su qu’il y avait un problème, il aurait pu commencer à freiner plus tôt, voire s’arrêter bien plus tôt. »

Dan Ťok, Milan Chovanec et Bohuslav Sobotka, photo : ČTKDan Ťok, Milan Chovanec et Bohuslav Sobotka, photo : ČTK Le chauffeur du camion, un ressortissant polonais, a été arrêté par la police qui a ouvert une enquête, a fait savoir le ministre de l’Intérieur Milan Chovanec, qui s’est immédiatement rendu sur place, accompagné du premier ministre Bohuslav Sobotka, mais aussi des ministres de la Santé et des Transports. Ce dernier, Dan Ťok, a exprimé sa compassion vis-à-vis des victimes et de leurs familles :

« C’est une véritable tragédie qui vient de se dérouler. Toutes mes pensées vont aux passagers de ce train et aux victimes. D’après ce que j’ai pu voir, je peux dire que nous avons de la chance qu’il n’y ait pas eu plus de victimes et de blessés. Ce qui s’est passé dans cette gare est un véritable enfer. »

Photo : ČTKPhoto : ČTK Les ministres se rendaient justement avec le reste du gouvernement à Ostrava, la ville principale de Moravie-Silésie, pour un conseil des ministres décentralisé. La ligne ferroviaire Prague-Ostrava ayant été interrompue en raison de l’accident, des bus de remplacement ont assuré les liaisons à la fois pour les usagers et les ministres en déplacement.

L’accident s’est déroulé non loin de la gare de Studénka que le train ne faisait que traverser. Il roulait donc à plus de 100 km/h lorsqu’il est allé s’encastrer dans le camion abandonné, avant de finir sa course quelques kilomètres plus loin. Le moteur du véhicule, retrouvé à 200 mètres de l'accident, témoigne de la violence du choc, tout comme l’avant du train, éventré. Le conducteur du train, grièvement blessé, aurait perdu ses deux jambes. Deux hommes ont perdu la vie, l’un aurait été tué sur le coup, l’autre n’aurait pas pu être réanimé par les services de secours. Lukáš Hampl est le porte-parole des services de secours de la région de Moravie-Silésie, il précise le bilan humain de ce drame ferroviaire :

Photo : ČTKPhoto : ČTK « Il y a cinq personnes grièvement blessées. Pour trois d’entre elles, le pronostic vital est engagé. Huit autres personnes ont des blessures relativement graves, ou plus bénignes. Neuf de nos équipes se trouvaient sur place ainsi que cinq autres ambulances de transport. Donc au total, 45 secouristes se sont rendus sur le lieu du drame. »

Tous les blessés ont été pris en charge par différents hôpitaux de la région, et deux des blessés les plus graves ont été transportés en hélicoptère à l’hôpital universitaire d’Ostrava.

Photo : ČTKPhoto : ČTK Sur le lieu de l’accident, les enquêteurs ont pris le relais des secouristes. Ce n’est qu’une fois l’enquête préliminaire bouclée que les services des chemins de fer pourront dégager les débris en vue d’une réouverture prochaine de la ligne. Pour l’heure, toutes les liaisons entre Hranice nad Moravou et Ostrava restent interrompues et le trafic ne devrait pouvoir revenir à la normale, ou de manière limitée, que dans la nuit de mercredi à jeudi.

Il s’agit du plus grave accident de train en République tchèque depuis celui du 8 août 2008 qui avait vu, également à Studénka, un train Eurocity Comenius reliant Cracovie à Prague, s’écraser contre un pont en réparation dont une partie s’était effondrée sur la voie. L’accident avait alors fait huit morts et une centaine de blessés.

22-07-2015