Des dizaines de cas de syphilis diagnostiqués chez les prostituées tchèques

09-11-2010

Une association spécialisée dans l’aide aux prostituées, Rozkoš bez rizika, rapporte que la syphilis, une infection sexuellement transmissible, est de retour dans le milieu de la prostitution en République tchèque. Plus d’une trentaine de femmes ont déjà été diagnostiquées cette année.

39 cas de syphilis diagnostiqués sur un plus de 2 000 prostituées testées cette année : c’est le bilan inquiétant publié par l’association Rozkoš bez rizika, qui dans le même temps révèle que « seulement » deux de leurs patientes ont été contaminées par le VIH. Zdenka Smolíková est une des infirmières qui travaillent pour l’association :

« On peut dire que la syphilis est assez répandue, parce qu’il ne se passe pas une semaine sans que nous ayons un cas suspect. Par ailleurs le chancre se forme en général sur le col l’utérus, où il n’est pas visible et où il est quasiment indolore. Donc les patientes ne se doutent pas qu’elles sont contaminées, ou alors pensent qu’elles ont seulement une angine et ne vont pas consulter. »

La syphilis, appelée aussi grande vérole, serait en général transmise par des clients, qui refusent le préservatif. Selon Jana Poláková, travailleuse sociale, la crise a fait baisser le nombre de ces clients, les prostituées voient donc leurs revenus baisser et sont contraintes d’accepter des relations non protégées. La directrice de l’association Rozkoš bez rizika, Hana Malinová, est elle-même une ancienne prostituée :

« Je le sais de ma propre expérience : je n’aurais pas gagné un sou parfois si j’avais insisté pour que le client mette un préservatif. Il y a un changement aujourd’hui : plus de la moitié des cas de syphilis ont été diagnostiqués chez des ressortissantes tchèques. Avant, la syphilis était une maladie contractée en majorité par des étrangères. Maintenant sur 39 cas, il y en a 22 qui sont des Tchèques. »

Et Hana Malinová d’ajouter que le phénomène est d’autant plus inquiétant que les malades de la syphilis ont 500 fois plus de chances d’être contaminés par le VIH.

Les prostituées ne sont pas les principales victimes de la "maladie de Cupidon": selon les statistiques publiées par les autorités sanitaires tchèques, environ un millier de personnes en tout auraient contracté la maladie cette année dans le pays. Une maladie qui avait rendu sourd le célèbre compositeur Bedřich Smetana et qui n’appartient toujours pas au passé.

09-11-2010