Dernier adieu à Ivana Tigrid

Ivana Tigrid, veuve de l’ancien ministre de la culture Pavel Tigrid, est décédée vendredi dernier dans la banlieue parisienne. Notre correspondant, Jiří Slavíček, qui la connaissait depuis de nombreuses années, était à ses obsèques.

Ivana Tigrid, photo: CTKIvana Tigrid, photo: CTK « J’avoue facilement qu’il m’est difficile de trouver les mots justes. Si on peut dire de quelqu’un, sans avoir peur d’être démenti par les faits, qu’il a pu partir avec le sentiment du devoir accompli, c’est bien d’elle, de Mme Ivana Tigrid, née à Prague en 1925, veuve de Pavel qu’elle a rejoint, mardi, dans le caveau familial au cimetière de la petite ville d’Héricy près de Fontainebleau où la famille Tigrid réside depuis 1963 entourée de la famille, des amis et des officiels. Après un dernier adieu à la maison, la cérémonie dans l’église de la ville restait simple mais très émouvante, d’autant que presque tous les participants qui se sont retrouvés ici étaient déjà là en août 2003, lors d’un dernier adieu à son mari, Pavel Tigrid. L’ex-ambassadeur de France à Prague, Benoît d’Aboville est venu évoquer, je cite, la tendre complicité qui régnait dans le couple Tigrid avec lesquels il aimait travailler pendant son séjour à Prague. Le ministre Cyril Svoboda était là pour représenter le gouvernement tchèque, tandis que son Excellence Pavel Fišer, ambassadeur actuel de la République tchèque en France, a évoqué les souvenirs communs. Impossible de citer tout le monde présent. Mais une chose reste. Désormais, au même titre que la petite ville vosgienne de Darney le caveau de la famille Tigrid à Héricy près de Paris est devenu témoin de l’histoire et, surtout, de ceux qui ne se sont jamais résignés. »