Début de la fin des plastiques jetables en Tchéquie

26-06-2018

Les Tchèques utilisent 240 000 tonnes d’emballages plastiques chaque année. Pour lutter contre ce gaspillage qui dégrade l’environnement, sept premières entreprises ont répondu à l’appel du ministère de l’Environnement et se sont engagées à limiter la consommation des ustensiles à usage unique en proposant à leurs clients des alternatives au plastique.

Photo: Hyena~commonswiki, public domainPhoto: Hyena~commonswiki, public domain Fin mai, la Commission européenne a proposé une série de mesures visant à bannir les produits plastiques à usage unique pour réduire les déchets marins. Ils représentent à eux seuls 70% de la pollution des océans et des plages en Europe.

Bien que sans accès à la mer, la République tchèque est évidemment concernée, car comme l’a rappelé le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, « (…) les déchets plastiques finissent dans l'air que nous respirons, dans notre sol, dans nos océans et dans nos aliments ».

En attendant l’adoption de la directive européenne sur les matières plastiques, prévue avant la fin de 2019, le ministère tchèque de l’Environnement a lancé, en mars dernier, une campagne intitulée #dostbyloplastu (Fini le plastique). Dans son cadre, des accords visant à réduire l’utilisation de la vaisselle plastique jetable ont été conclu avec sept premières entreprises, parmi lesquelles les cafés, chaînes de restauration rapide, stations-service et sociétés de transport. De concert avec le ministère, ils proposeront à leurs clients des alternatives aux gobelets, couverts, emballages ou pailles en plastique, à savoir de la vaisselle en porcelaine ou la possibilité d’utiliser ses propres contenants réutilisables.

Photo illustrative: rawpixel / Pixaaby, CC0Photo illustrative: rawpixel / Pixaaby, CC0 « La production de déchets dans nos restaurants est divisée entre deux tiers de produits en papier et un tiers de produits en plastique. Cela signifie que nous nous efforçons déjà de minimiser les impacts sur l’environnement », a déclaré Tomáš Janeba, directeur exécutif de la chaîne de restauration Bageterie Boulevard.

Le réseau des stations de service Benzina, ou encore la société des chemins de fer privée Leo express veulent permettre à leurs clients de se faire servir des boissons chaudes dans leurs propres tasses.

Emil Sedlařík, porte-parole du transporteur Leo express, ajoute :

« Dans nos trains, les couverts, ainsi que le sel et le poivre sont emballés dans du plastique transparent. Là aussi, nous cherchons une nouvelle solution qui répondrait aux normes hygiéniques. »

La société nationale des chemins de fer České dráhy, quant à elle, sert d’ores et déjà les plats et les boissons proposés à bord de ses trains dans de la vaisselle en porcelaine et en verre. Dans le cadre de la campagne #dostbyloplastu, l’entreprise publique veut sensibiliser ses employés à la problématique des déchets plastiques.

Le ministère de l’Environnement est en négociation avec des dizaines d’autres entreprises qui envisagent de se joindre au projet. L’idée du ministre Richard Brabec étant aussi de s’adresser aux grandes chaînes de restauration multinationales et de faire participer les communes tchèques à cette initiative. A cet effet, le ministère de l’Environnement lancera, en juillet prochain, un appel à projets innovants, doté de 100 millions de couronnes (environ 3,8 millions d’euros).

26-06-2018