Dans les Monts des Géants, les touristes appelés à ramasser leurs déchets

17-07-2019

Le Parc naturel des Krkonoše – Monts des Géants, ne sera pas fermé au public, comme cela a été un temps envisagé. Mardi, le ministre de l’Environnement tchèque et la direction du Parc naturel ont lancé une nouvelle campagne éducative qui vise à informer les visiteurs du problème que constitue l’accumulation des déchets.

Krkonoše – Monts des Géants, photo: Guillaume NarguetKrkonoše – Monts des Géants, photo: Guillaume Narguet

Puisqu’il y a des tonnes de déchets jusque sur les pentes de l’Himalaya et que le mont Everest est devenu la plus haute poubelle au monde, il n’est guère étonnant d’apprendre qu’il en est de même dans les Monts des Géants, massif de moyenne montagne de la région des Sudètes situé dans le nord-est de la République tchèque, à la frontière avec la Pologne.

Bouteilles en plastique, emballages alimentaires et autres lingettes jetables font désormais partie à part entière du paysage, et ce malgré les efforts réguliers des volontaires pour nettoyer après le passage des touristes, qui ont été un peu plus de 3,7 millions en 2018 (pour un total de près de 12 millions d'entrées dans le parc), comme le confirme Radek Drahný, porte-parole de l’autorité en charge de la gestion du Parc naturel des Monts des Géants :

« Není zvěř jako zvěř », photo: Parc naturel des Monts des Géants« Není zvěř jako zvěř », photo: Parc naturel des Monts des Géants « Deux fois par an, nous organisons une grande collecte durant laquelle des centaines de bénévoles passent les Monts des Géants au peigne fin. A chaque fois, nous ramassons environ trois tonnes de déchets, ce qui fait donc quelque six tonnes pour l’ensemble de l’année. »

Intitulée « Není zvěř jako zvěř » - un jeu de mots à double sens que l’on pourrait traduire en français comme « Il y a gibier et gibier » -, cette campagne d’information a été financée par l’Union européenne. Dans l’esprit, cet intitulé compare les déchets à une nouvelle espèce animale. L'objectif de cette campagne, dont le slogan est « Je reprends ce que j'ai apporté dans les montagnes », est d’amener les visiteurs du Parc naturel à participer à son nettoyage, et d’abord donc en veillant à ne pas abandonner leurs propres déchets dans la nature. Des visiteurs dont le comportement a changé au fil des années, comme l’explique le directeur de l’Administration du Parc naturel, Robin Böhnisch :

« Il est intéressant d’analyser l’évolution de la composition de ces six tonnes de déchets. Autrefois, nous retrouvions des déchets de plus grand volume, comme par exemple des restes de matériel électrique dont les gens se débarrassaient. Ce comportement n’a bien entendu pas complétement disparu, mais il est beaucoup moins fréquent. En revanche, nous ramassons beaucoup plus d’emballages de toutes sortes, de bouteilles et d’autres déchets de ce type. »

Dès ce week-end, une dizaine de kiosques seront installés à différents endroits du parc où des volontaires distribueront des sacs qui permettront aux touristes de ramasser les déchets qu’ils trouveront sur leur chemin.

Richard Brabec et « Krakonoš », photo: ČTK/Michal KrumphanzlRichard Brabec et « Krakonoš », photo: ČTK/Michal Krumphanzl Pour le lancement de la campagne devant les médias mardi, le ministre de l’Environnement, Richard Brabec, s’est présenté aux côtés d’un homme déguisé en Krakonoš, un personnage fantastique, l’Ogre des Monts des Géants. Une sorte de seigneur des Krkonoše qu’il protège des malfaiteurs et mal-penseurs :

« Krakonoš est pour les Tchèques LE Monsieur montagnes. C’est un personnage légendaire qui défend les gens honnêtes. C’est pourquoi nous avons fait appel à cette imagerie populaire. Ce n’est certes pas une campagne d’information habituelle, mais nous nous sommes dit qu’elle attirerait peut-être davantage l’attention des gens. »

Et le ministre l’a assuré : il a promis au terrifiant Krakonoš, venu se plaindre devant les journalistes de la quantité de déchets, que le maximum serait fait pour que les monts dont il est le patron redeviennent un parc naturel au sens propre du terme.

17-07-2019