Czech Airlines et Aéroport de Prague : la nouvelle « super holding » de l’Etat tchèque

25-11-2010

Afin d’améliorer la situation et même de sauver ČSA/Czech Airlines, le gouvernement a donné son aval, mercredi, au projet de rassemblement de la compagnie aérienne avec l’Aéroport de Prague présenté par le ministère des Finances. L’objectif est la création d’une holding forte et stable de 6 200 employés.

Après avoir abandonné, il y a un an, son processus de privatisation, l’Etat a trouvé un autre tour de passe-passe pour faire face aux lourdes pertes enregistrées depuis plusieurs années par le groupe ČSA. Cette solution repose donc sur la création d’une holding baptisée Český aeroholding, qui chapeautera ČSA et l’Aéroport de Prague, deux entreprises propriétés de l’Etat. Celui-ci entend achever la fondation de la holding avant la fin de l’année prochaine, la société mère regroupant également sept entreprises filiales en charge de l’entretien des avions, de l’enregistrement des voyageurs, des vols charters ou encore de l’instruction des pilotes et de la surveillance de l’aéroport. Comme l’a expliqué, jeudi, Miroslav Dvořák, à la fois directeur général de l’Aéroport de Prague et président de ČSA, cette nouvelle structure doit permettre à chaque société de se consacrer exclusivement ou presque à son activité première et ainsi de réaliser chaque année plusieurs dizaines de millions d’euros d’économies.

Pour la majorité des analystes du marché, la décision du gouvernement est logique, comme l’explique Jan Procházka, de la société de courtage Cyrrus :

« Une telle holding permet la formation d’une société qui possèdera une position forte sur le marché à l’aéroport de Prague-Ruzyně. Je comprends la démarche du gouvernement. Son idée est de mettre en commun deux entreprises qui possèdent certaines activités synergiques et peuvent donc profiter de cette union pour réaliser des économies. Mais le problème est qu’il ne s’agit pas de la fusion de deux entreprises aussi fortes l’une que l’autre. Il y a d’un côté l’Aéroport de Prague, qui génère 40 millions d’euros de bénéfice net par an, et de l’autre Czech Airlines, qui en perd au moins autant, pour ne pas dire beaucoup plus. »

En 2009, ČSA, dont l’activité représente actuellement environ 45% du trafic à l’aéroport de Prague, a accusé un bilan négatif de 155 millions d’euros et n’a dû sa survie qu’à un prêt de 100 millions d’euros et à la vente d’une grande partie de ses biens.

Le regroupement sous un même drapeau de ČSA et de l’Aéroport de Prague n’est cependant pas vu d’un bon œil par les autres compagnies aériennes présentes dans la capitale tchèque. Celles-ci dénoncent une concurrence déloyale et un conflit d’intérêts et entendent s’en plaindre auprès des autorités européennes. Mais, tout en reconnaissant qu’elle était inhabituelle, le ministère des Finances a assuré que la coopération de la compagnie aérienne et de l’aéroport ne constituait pas une infraction à la législation européenne. Par ailleurs, le gouvernement a indiqué qu’il envisageait toujours de privatiser ČSA, le rapprochement avec l’Aéroport de Prague devant permettre à la compagnie aérienne d’être prête à la vente d’ici à trois ans.

25-11-2010