Collection d’Adolf Hitler en Bohême

19-06-2009

« Affaire mystérieuse mêlant secrets de l’histoire, fanatisme du Reich nazi et soupçon de commerce illicite », « Nouvelle choquante », « Enigme enfin résolue ? » titrent les journaux tchèques qui informent de l’existence d’une collection de sculptures et de bustes laissée sur notre territoire par Adolf Hitler, de la disparition de certains objets de cette collection et de leur réapparition dans des salles d’enchères européennes.

L’information est parue au lendemain de la sortie du livre « Collection de Hitler en Bohême ». Son auteur, Jiří Kuchař, s’est lancé dans des recherches compliquées après avoir appris l’existence de trois sculptures de la collection de Hitler dans l’espace d’une galerie de Bohême du sud, dans le parc du château de Hluboká. Les recherches l’ont conduit au couvent de Vyšší Brod, près de Hluboká, que Hitler avait choisi comme dépôt du futur musée d’art qu’il envisageait d’installer à Linz, à 37 km de là :

« Après la fin de la guerre, Vyšší Brod a été occupé par les Américains. Tous les objets de la collection d’Adolf Hitler ont été transférés à Munich, à l’exception des sculptures qui avaient été achetées par lui dans des expositions d’art à Munich : il s’agissait d’environ 30 sculptures, de 20 objets offerts et d’une cinquantaine de tableaux. Après 1945, ces objets ont été répertoriés par les autorités tchécoslovaques et répartis entre différents musées et châteaux. Trois sculptures de grande dimension ont été installées à Hluboká probablement vers 1955. »

Le commissaire des collections de Hluboká ignorait qui étaient les auteurs de ces sculptures. Leur identification a été effectuée par Jiří Kuchař d’après les catalogues prêtés par des historiens de Munich. Il trouve fascinant que plus de 60 ans après la fin de la guerre, l’ombre du Troisième Reich continue de planer sur l’ancien protectorat de Bohême-Moravie et qu’une telle découverte puisse être réalisée. Pour ce qui est d’une éventuelle prétention à leur propriété, serait-elle aujourd’hui encore réelle ?

« Les héritiers de Hitler existent, d’après une autre version, la Bavière où Hitler était domicilié, pourrait être intéressée, mais il existe encore une autre version selon laquelle ces objets ont été inclus dans le cadre des réparations de guerre. A mon avis, le mieux serait de les laisser là où ils sont. Naturellement, il s’agit de toute autre chose quand certains de ces objets laissés après la guerre en Tchécoslovaquie sont mis aux enchères en Europe de l’ouest. »

Le travail pénible de Jiří Kuchař a apporté, en effet, des révélations surprenantes : l’une des sculptures de la collection de Vyšší Brod a été vendue aux enchères à Francfort, en 1996, et une autre, de Fritz Röll, a été proposée l’année dernière au centre d’exposition londonien Olympia pour 150 000 livres. Il reste donc, d’après lui, à répondre à la question de savoir qui a proposé ces objets à la vente.

19-06-2009