Chômage en hausse en juillet : les économistes restent optimistes

10-08-2010

Le ministère du Travail a communiqué en début de semaine les chiffres du chômage à la fin du mois de juillet. Un chômage en augmentation en République tchèque, mais des chiffres à lire avec précaution, liés à la saison estivale.

505 284 personnes sans emploi enregistrés dans les agences pour l’emploi tchèques, ce sont 4 784 de plus qu’à la fin du mois de juin. Après une baisse de quatre mois consécutive, les chiffres du chômage sont de nouveau à la hausse en plein cœur de la saison estivale. Et c’est justement cette période de l’année qui explique cette augmentation. Tomáš Volf, analyste de la société Citfin – Marchés financiers :

« Parmi les principales raisons se trouve, comme chaque année à la même période, l’augmentation des nouveaux jeunes diplômés qui viennent s’inscrire dans les agences pour l’emploi. »

Pas de quoi affoler les spécialistes, donc, qui observent au passage qu’ils s’attendaient à un chiffre encore plus élevé pour ce mois de juillet. Néanmoins, sur le long terme, les prévisions ne sont pas très optimistes, puisque le ministre du Travail et des Affaires sociales a estimé que le taux de chômage en République tchèque pourrait se situer à la fin de l’année entre 9,2 % et 9,6 %. Pavel Sobíšek est économiste pour la banque Unicredit.

« Je considère l’estimation de cette augmentation comme réaliste, même si nous avons fait une estimation un peu plus optimiste. Dans les mois qui viennent, le taux de chômage devrait rester au niveau où il se trouve actuellement. D’un côté, de nouveaux jeunes diplômés vont arriver sur le marché du travail mais de l’autre côté, l’économie va continuer à renouveler certains emplois qui avaient été supprimés ou suspendus pendant la crise. Il est possible, en théorie, que l’on atteigne cette barre des 10 % en janvier mais je suis optimiste. Je pense que comme cette année, le taux de chômage restera sous les 10 %. »

C’est ainsi à Prague et dans sa région que les agences pour l’emploi ont enregistré la plus grosse augmentation du chômage, mais c’est aussi la capitale tchèque qui compte le plus de jeunes diplômés. Ce n’est pas le cas des régions du nord de la Bohême et de la Moravie, qui détiennent toujours le record en matière de chômage en République tchèque.

10-08-2010